• Zitouni en Thaïlande : RAID THAÏ 2017 – jour 6

    Après la journée marathon d’hier, il fallait bien calmer le jeu … 

    Avec la fatigue, je le sais, les esprits peuvent s’échauffer et les risques de chutes peuvent s’intensifier.
    Mais Zitouni avait tout prévu !
    Au programme : seulement 120 km de belles routes/pistes ce matin et une « visite culturelle » dans l’après-midi.
    Départ pourtant à 7h45, comme d’habitude, pour profiter de la belle lumière du début de journée et d’une température agréable.
    Nous sortons tout juste de la ville par le sud-est que nous bifurquons déjà à gauche, pour traverser intégralement le parc préservé de la province de Mae Hong Son. Superbe.
    La route s’élève rapidement au cœur de la forêt primaire et très vite nous passons au-dessus des nuages. Les virages s’enchaînent, la route devient piste.
    Nous atteignons un belvédère qui offre un magnifique panorama sur la vallée embrumée.

     

    L’entrée du parc était marquée d’un poste de garde où nous avons dû nous acquitter d’un droit de passage, mais nul poste équivalent à la sortie.
    Les pistes s’enchaînent, toutes différentes, tantôt rouge, tantôt jaune sable, ou encore brunes, mai toutes plus ou moins piégeuses.
    Sur une crête, le chemin devient franchement caillouteux, les quelques conifères, les pierres grises anguleuses et les fougères font penser immédiatement à des paysages « de chez nous ». Le son métallique des cloches de zébus, très inhabituelles ici, nous transporte aussitôt dans les estives pyrénéennes… sauf que là, les bambous, les bananiers et la chaleur nous ramènent tout de suite en Thaïlande.

    Et ça nous arrange, vu le temps qu’il fait actuellement en France !
    Luc, qui ouvre la marche pourtant à vitesse modérée se vautre lamentablement dans une sortie d’épingle, comme s’il avait glissé sur une peau de banane.
    Même si aucune peau de banane ne se trouve là, l’endroit est effectivement à l’ombre de bananiers et la piste, luisante d’humidité. Zip ! Boum !
    La moto était engagée dans le ravin, Luc s’en est éjecté à temps, tout pro de la moto qu’il est.
    Nous ne serons pas trop de trois pour la remettre sur ses roues.
    Pas de bobo, c’est l’essentiel.
    Peu avant midi nous atteignons Pai, notre ville étape.
    Nous choisissons de déjeuner en dehors de la bourgade dans un modeste « routier local » avant d’aller poser nos affaires pour ensuite, plus légers, nous rendre par la route aux 1864 virages aux Tham Lod Caves qui puent la chauve-souris. Joli programme !
    Nous peinons à trouver de l’essence.
    Luc choisit de rester à l’hôtel pour faire une lessive et se promener aux alentours.
    Les Tham Lod Caves sont impressionnantes… et puent vraiment la chauve-souris.
    Pour 900 baths (à la louche, 1 euro = 40 baths), nous avons droit à 2 guides (femmes) équipée chacune d’une lampe tempête.
    Contrairement à ce que nous pourrions penser, il fait presque aussi chaud dans la grotte qu’à l’extérieur. Pas un souffle d’air.
    Dans la « grande salle », où les stalagmites font concurrence aux stalactites, des bateliers sont là, assis sur leurs radeaux de bambous à attendre les clients.
    Bruno, Gwendal et Johan partent en balade. Moi qui ai déjà tenté l’expérience, je reste sur la rive à observer les va-et-vient des embarcations, aux seules lueurs des lanternes.
    Après la visite, nous reprenons la route vers Pai, à 50 kilomètres environ.
    Il est 17h45 lorsque nous coupons enfin le contact de nos machines.
    Finalement, nous aurons fait une journée de 10 heures quand-même…
    Nous dînons dans la rue animée et branchée de Pai. Luc s’étant occupé pendant notre absence de trouver un restaurant sympa.
    Demain on remet ça … Zitouni et sa bande.

      Laissez-moi un commentaire ! … Merci …