• Marche hebdo : le parc des ardoisières 2/2

    Fin de notre balade dans les anciennes carrières d’ardoises … 

    À deux pas d’Angers, découvrez l’épopée minière et l’extraordinaire biodiversité qui s’est développée au cœur des ardoisières.
    Depuis le parking du rond-point Saint-Lézin, en empruntant le cheminement vert, vous pénétrez dans un autre monde ! Relief tourmenté, éboulis, lacs bleus, végétation aride… La faune et la flore ont su s’adapter à l’exploitation de l’ardoise dont les dépôts ont totalement façonnés le relief que vous allez traverser.

     l’un des deux chevalets rénovés …


    Les pentes sèches, sur lesquelles affleure le schiste de couleur sombre, sont colonisées par des végétations méditerranéennes (Orpins, Lézard vert, Œdipode Aigue-marine…). Les dépressions forment des milieux humides où se développent les Roseaux, les grenouilles, les libellules …

    Dans les secteurs les moins accessibles, la dynamique forestière reprend. Des espèces pionnières, comme les genêts et les bouleaux, ou invasives comme le buddleia colonisent les milieux pauvres en terre végétale. 

    Tout au long de l’itinéraire nous avons découvert, grâce à des aménagements pédagogiques, l’histoire du site, sa faune et sa flore, ainsi que les travaux de restauration des zones humides.
    Nous poursuivons le sentier qui permet de descendre dans le vallon du ruisseau du lapin. Le passage en platelage bois sur les zones humides est particulièrement intéressant. En fermant les yeux un instant : les bruits de la nature (chants d’oiseaux, grenouilles…) se mêlent à ceux de la ville. Notre parcours se termine en retrouvant le tracé vert qui passe à proximité du promontoire permettant une lecture de paysage à 360° sur Trélazé et les ardoisières.

       Laissez-moi un petit mot ! … Merci …