• Journées RV Jardins 1/5 : Manoir de la Groye

    Le manoir de la Groye,  monument historique de XVIe … 

    Saint-Saturnin-sur-Loire 49. Les propriétaires s’investissent pleinement dans l’embellissement de leur manoir …
    C’était un lundi soir, Renaud se souviendra toujours de son premier contact, virtuel mais déterminant, avec le manoir de la Groye, à Saint-Saturnin. « Je n’avais rien de particulier à faire, rapporte cet urbaniste paysagiste. Je me suis connecté sur un site de vente de belles demeures. Et j’ai vu ce manoir inspiré de la Renaissance italienne tardive. Ça a été le coup de cœur, violent. Je n’ai pas dormi pendant trois jours »

    jardins en manoir de la Groye …

    Il en parle alors à son compagnon, Marc : « On s’est dit qu’il fallait le visiter, histoire de nous refroidir complètement ; la manœuvre d’autodissuasion échoue brillamment. On n’arrivait pas à trouver de défaut à ce lieu, avoue-t-il. On en est tombés complètement amoureux. Mais il nous a fallu un an pour nous décider et partir de notre maison de Touraine ». Un an a encore passé et ni l’un ni l’autre ne regrettent leur choix. II faudrait être mesquin. Construit entre 1585 et 1595, classé, l’élégant logis soubassement en schiste dur et moellons, murs en tuffeau, escalier arrondi, tourelle carrée encastrée, est dans un état remarquable. Comme ses dépendances, il a été parfaitement respecté par une restauration remontant au milieu du siècle dernier.

    « Et sans produit phyto, on ne transige pas »
    L’environnement est idyllique. Au loin, on aperçoit la cathédrale d’Angers. De part et d’autre, des champs, des prés et des vignes descendent vers la Loire qui coule à moins d’un kilomètre. Quant à la propriété, à cause du relief, elle est on ne peut plus originale. « Les jardins sont étagés sur trois niveaux, détaille Marc, lui-même architecte. Au milieu, un jardin à la française. Au-dessus, un arboretum et, en contrebas, une prairie, le tout sur cinq hectares. On a commencé par supprimer quelques haies, tailler la glycine qui grimpait jusqu’au toit et des-serrer un peu la végétation ». Désormais, Renaud vit à de-meure à Groye, où il développe une activité de chambres d’hôtes haut de gamme. J’ai décidé d’abandonner la vie parisienne et une certaine reconnaissance sociale », confesse cet ancien conseiller du cabinet de la maire de Paris. Il fut aussi directeur de l’Ecole du paysage du Breuil, à Vincennes. A Saint-Saturnin, l’ouvrage ne manque pas, à tous les étages. D’autant plus que les deux propriétaires ont vraiment envie de faire vivre les lieux par des visites, des expo, voire des concerts. « Je suis en train d’ouvrir l’arboretum tout en y introduisant de nouvelles essences », indique Renaud. Dans la magnifique aussi cour pavée, il a posé des bacs en alu où baignent joyeusement des plantes aquatiques : papyrus, gunnara. Dans la prairie, il a préfiguré des allées et installé une basse-cour abritée par des frondaisons. Et le tout sans aucun produit phyto, ajoute le spécialiste. C’est une démarche sur laquelle on ne transige pas à Paris ». VB – CO : 03/06/2017

       Laissez-moi un petit mot ! … Merci …