• Zitouni et Seb … Amérique du Sud … 2/27 étapes

    6700 km A.Sud … Zitouni nous raconte ~ Santiago / Mendoza … 

    C’est classique, avec le décalage horaire, nous étions réveillés tôt ce matin.
    Debout à 6h30, au petit déjeuner à 8h00 et dans la voiture à 8h45.
    Sortir de Santiago n’aura pas été simple. Une heure de bouchon au moins. La route s’est ensuite libérée dès que nous avons pris de l’altitude, plein Est. Beaucoup de camions poussifs tout de même… et donc beaucoup de dépassements de lignes jaunes aussi pour ne pas rester derrière à respirer les fumées d’échappements. Mais bon, si les chiliens et les argentins le font, c’est que ça doit être autorisé, non ? ! La route serpente de plus en plus à l’approche du tunnel-frontière. J’avais repéré une belle piste qui devait nous faire passer par le col frontalier pour l’éviter mais elle était bouchée. Un renard tout pouilleux en gardait l’entrée. Il ne méritait pas une photo, tellement il faisait pitié à voir. Donc nous avons emprunté le tunnel, sans charme mais situé à 3585m quand même (point d’entrée, côté Chili).
    Les 2 photos avec des sommets enneigés correspondent à une vue juste avant côté Chili et à une vue juste après le tunnel, côté Argentine.

    La route aux mille lacets …

    Le passage de la frontière argentine n’aura pas été plaisant. Nous y sommes restés plus de 2h30 ! ! !
    D’abord en plein soleil ( j’ai ressenti une secousse sismique à ce moment là… juste assez puissante pour faire bouger légèrement la voiture. Sans doute était-ce une réplique du séisme de Valparaiso du début de la semaine …), puis dans une sorte de hangar où beaucoup de militaires et de douaniers s’agitaient sans grande efficacité. Nous n’avons pas bien compris le pourquoi du comment de tous les contrôles et de la dizaine de tampons sur nos passeports et nos documents rattachés à la voiture.
    Dans notre descente vers Mendoza nous avons fait une pause photo au Puente del Inca. Un site touristique très curieux.

    Alors qu’un rio dévale la montagne, il est rejoint là par une source aux eaux sûrement pas bonnes à boire vue les dépôts jaunâtres qui colorent la roche. Une grande arche de pierre a donné son nom au site, classé Patrimoine Naturel …
    Plus bas, j’avais prévu de faire un arrêt près d’un joli pont ancien en pierre. Pas de chance, il a été emporté par le torrent. Décidément…
    Autre curiosité, ce tas d’ordures… qui n’en est pas un !
    Cet amas de bouteilles en plastique remplies d’eau… Et bien ce sont des offrandes à la Difunta Corréa ~ Jean-Marc, tu nous fais un mémo là-dessus stp ? (*).
    Les figurines, dans la petite niche, sont rigolotes à voir aussi.
    Quelques dizaines de kilomètres avant d’arriver à Mendoza, nous traversons une plaine viticole. Sûrement des vins réputés à voir les chais à l’architecture futuriste qui se font concurrence ici. Les pieds de vigne ne risquent pas le gel comme en France, biens protégés qu’ils sont sous un épais nuage de pollution venant du complexe pétrochimique qu’on peut voir au beau milieu de la zone… Je regarderai à deux fois les étiquettes de pinard argentin à partir d’aujourd’hui…
    Notre hôtel, qui ne paye pas de mine est super bien équipé. Sébastien se perdrait presque dans la salle de bain !
    Voilà pour aujourd’hui … A demain peut-être … Seb et Zitouni

    (*)  Réponse de Jean-Marc : Salut Seb et Olivier et les autres …
    Et bien voilà le topo sur la difunte Correa:
    Difunta Correa,  de son vrai nom Deolinda Correa,  était une brave fille qui suivait son mari dans ses pérégrinations pour lui porter ses packs de Kronenbourg. Quand la réserve s’est épuisée, elle est morte de soif avec son nourrisson dans les bras. De toute façon, elle servait plus à rien. Depuis, c’est-à-dire depuis le XIX siècle, les muletiers d’hier et les chauffeurs d’aujourd’hui lui offrent … de l’eau.  Le nourrisson, lui, a survécu.  Il a voyagé en Europe pour fonder la distillerie  Heinneken, ou peut-être bien Guiness.
    C’est bien, les légendes. Elles sont toutes aussi sympathiques les unes que les autres quelques soient les latitudes avec le meilleur rôle pour les filles … Jean-Marc

       Laissez-leur un petit mot ! … Merci …