• Le monde tragi-comique de Joël Baudouin … 2/2

     Joël Baudouin, l’art de la dérision … 

    Trélazé, Anciennes Écuries. Dans les créations artistiques de Joël Baudouin, la peinture et la céramique se répondent.
    C’est l’une des pièces maîtresses du festival. « La volonté, rappelle le député-maire, est de montrer une expression remarquable extraite de la pluralité des styles contemporains. Savoir mettre en valeur des artistes régionaux relève aussi de notre ambition. »
    Place est donnée cette année au monde tragi-comique – de Joël Baudouin. L’artiste a vécu plusieurs décennies à Durtal. Décédé en 2013 à l’âge de 83 ans, il laisse un héritage de poids dans le paysage artistique. L’artiste, peintre mais aussi grand céramiste (il a créé Les Grès du Maine et sera aussi le designer des Terres cuites des Rairies), n’est pas de ceux qui flattent.

    «Drôle avec un avis tranché sur le monde»
    Son oeuvre, originale, est de celles qui interpellent, qui dérangent. « Les thèmes sont traités, disons-le, d’une manière tragi-comique », analyse le commissaire de l’exposition et directeur du festival, pour qui « la dérision est mise ici au service de la critique ». Les enfants soldats, la guerre, la religion, la condition des femmes, la société de consommation sont autant de sujets exploités par l’artiste, par ailleurs grand voyageur, qui ne se départit jamais d’une palette riche en couleurs.

    Joël Baudouin, l’art de la dérision …

    «Facétieux, Fantasque»
    Joël Baudouin présente aussi, avec malice, une peinture humoristique et fantaisiste. « Il a peint sa vie, c’est-à-dire son expérience de la vie. II transmettait ses représentations du monde et sa perception de l’actualité décrypte le commissaire de l’exposition. Cette exposition, une des rares sans doute à présenter le travail de l’artiste dans sa durée et son évolution, rassemble 80 pièces, peintures et céramiques. Le tour de force fut d’arriver à les regrouper. « Il a fallu constituer la collection avec des prêteurs différents : la famille, les institutions, les collectionneurs privés ».

    Le petit-fils du peintre-céramiste, a œuvré pour cette exposition en étroite collaboration avec la Ville.

    … Il se souvient comment son aïeul est venu à la peinture. « Il a eu la tuberculose alors qu’il était adolescent, il est resté plusieurs années cloîtré dans sa chambre. De là est née sa vocation ».
    De ce grand-père, qui fut l’élève à Paris des peintres André Lhote et Fernand Léger, qui a suivi les cours du sculpteur Zadkine et côtoyé Picasso, Benjamin Baudouin retient « l’homme généreux qu’il était, drôle avec un avis tranché sur le monde. Il utilisait son art comme une thérapie. C’était un peu son défouloir. M Puau CO 27/07/2017
    … Ils ont dit :

    Objectivement subjectif …
    Joël Baudouin ne se définissait pas comme un être objectif. Avec malice, il souriait de ses propres explications aussi sérieuses qu’amusantes, toujours habilement mises en scène par son imaginaire fécond.
    La représentation figurative de l’oeuvre de Joël Baudouin est prétexte à conter une fiction analogique de la réalité. (Joseph Fumet, octobre 1993, j
    ournaliste, critique d’art à la rubrique culturelle au “CO” à Angers)

    de Joël Baudouin,
    « Difficile de qualifier l’oeuvre de Joël, de la découvrir, de l’expliquer. L’inspiration, les thèmes choisis sont surprenants : un mélange de réalisme et d’extravagance au service d’une technique très affirmée.
    Les œuvres céramiques de Joël sont montées au colombin, avec de la terre chamottée. Ce sont des tours de force que ces pièces de soixante kilos qui exigent des acrobaties périlleuses pour être conduites jusqu’au four (…)
    Toujours également peintre, Joël se repose de son travail de modelage en attaquant de grandes toiles qu’il élabore avec patience et la fantaisie la plus débordante. Construites à partir d’un premier élément qui n’a rien à voir avec le développement futur de la toile. Cela nous vaut une collection d’oeuvres souvent ahurissantes … » (Paul Maudonnet :
    peintre, graveur et céramiste du XXe siècle)

       Laissez-moi un petit mot ! … Merci …