• Zitouni et Seb … Amérique du Sud … étape 9/27

    6700 km A.Sud … Zitouni :  ~ journée à San Pedro de Atacama …

    Un soleil radieux, promesse d’une belle journée.
    Aujourd’hui c’est presque journée libre.
    Sauf qu’à quelques kilomètres de notre hôtel, il y a la Valle de la Luna, un site naturel à ne manquer sous aucun prétexte quand on vient dans le coin.
    Et que San Pedro de Atacama, ça n’a rien à voir avec les villes d’Argentine. Là, on a une envie irrésistible de sillonner les petites rues commerçantes et les placettes ombragées.
    Que du bonheur, cette journée.
    Ce matin c’était grasse mat’. Debout à 7h15.
    La voiture était garée dans un hôtel partenaire du notre, à quelques centaines de mètres. Je laisse donc Seb terminer son petit-déjeuner et moi, je m’occupe des bagages et je positionne la voiture pour un départ en trombe vers la Valle de la Luna.

    art religieux moderne …

    Seb ! Déjà des amies …

    Il s’agit d’arriver assez tôt pour bénéficier d’une belle lumière.
    Il est 9h30 lorsque nous arrivons à la cabane du gardien. 5000 Pesos chiliens l’entrée, soit 3 euros.
    Le site est exceptionnel, voyez les photos. Non, ce n’est pas de la neige, mais des cristaux de roches et de sel. Ça craque sous les pieds, c’est un peu comme le caramel sur une crème brulée. Oui, c’est exactement ça.

    Ce qui est magique, c’est d’entendre la montagne vivre !? Avec le jeu des ombres sur les falaises, l’humidité de la nuit qui a gorgé les cristaux de sel s’évapore dès que le soleil tape sur les rochers et, ainsi, fait se rétracter légèrement les cristaux. La roche crie, c’est impressionnant !

    Je ne sais pas faire chanter les dunes, je saurai maintenant écouter la montagne.
    Des dunes, il y en a de gigantesques aussi.
    Le sable aggloméré en surface par le sel est croûté sur quelques millimètres.

    Il est plus sombre que dans les dunes du désert africain.
    Au fond du parc national, il y a ces curieux résidus rocheux comme plantés au sommet d’un monticule de sable …
    Vers la sortie du site, les eaux de pluie chargées de sel forment comme une rivière blanche en s’asséchant. Et s’il a fait chaud, le sol se craquelle en de belles formes géométriques séparées par de profonds sillons parfaitement dessinés et profonds d’une dizaine de centimètres.
    Il est 13h30 lorsque nous reprenons la route de San Pedro de Atacama, distant de 3 kilomètres seulement.
    J’ai repéré un restaurant sympathique. Nous nous installons à l’ombre d’une pergola. Au menu : salade composée et poulet frit, brownie maison et sa glace citron vert. Excellent tout ça. Rien à voir avec la « bouffe » d’Argentine.
    Pour digérer, petite balade en ville, sans stress, en toute sécurité. Enfin !
    San Pedro de Atacama est une ville de marcheurs, de jeunes baroudeurs, de mâcheurs de feuilles de Coca, de buveurs de Rica Rica, mais pas de chinois ! ! !
    C’est dans la Botica Salcobrand (pharmacie-herboristerie) que Seb ira retirer de l’argent au terminal ATM ! Pas banal…
    Fin de la balade vers 17h30. Retour à l’hôtel pour se poser et prendre la douche, avant de retourner dîner en ville. Trop dur !
    Voilà pour aujourd’hui.
    Demain, nous traverserons le désert d’Atacama pour nous rendre dans la ville du même nom en soirée.
    Le désert d’Atacama, c’est là qu’il n’a pas plu depuis des siècles, avec, en toile de fond, des geysers fumants, un volcan actif, et toujours pas de chinois, nous l’espérons.
    A demain,     Seb et Zitouni

       Laissez-moi un petit mot ! … Merci …