• Petite marche à Chalonnes sur Loire (49) 3/3 Fin …

     CHALONNES-SUR-LOIRE à travers l’église, le pont, etc. …

     L’Église Saint-Maurille

    Elle fut construite par Saint Maurille lorsque ce disciple de Saint Martin vint pour convertir le territoire au catholicisme. Pendant la révolution, elle servit pour les bivouacs de soldats et de grenier à fourrage. Elle fut restaurée en 1846-1847 et le clocher dut être réparé à la suite du bombardement de 1940.
    Au pied de cette église, se dresse l’ancien cimetière des Malpavés datant de l’époque romaine. Des fouilles ont permis de retrouver des écus de Philippe III roi d’Espagne et des sesterces gallo-romaines.
    Saint Maurille (Ve) s’établit pendant une quinzaine d’année à Chalonnes pour évangéliser la population. Il fut par la suite Évêque d’Angers. On lui accorde de nombreux miracles : il donna un enfant à une femme stérile, enfant qu’il ne put sauver de la maladie. Il partit en Angleterre pour expier sa faute. Pendant le voyage, il perdit les clés des reliques de son église et jura de ne rentrer à Angers que lorsqu’il les aurait retrouvées. Alors qu’il était devenu jardinier, quatre angevins vinrent le trouver. La légende raconte que pendant leur voyage vers l’Angleterre, un poisson avait sauté dans leur bateau le ventre rempli des clés des reliques d’Angers. De retour à Angers, Saint Maurille pria encore et encore, si bien que l’enfant mort ressuscita !

    Le bras navigable de la Loire à Chalonnes …

    Le Pont sur la Loire

    Reconstruit après la Seconde Guerre Mondiale, il est comme une entrée triomphale en arrivant à Chalonnes. Le premier pont suspendu fut établi au milieu du XIXe siècle et il fut d’abord à péage.

    Le 19 juin 1940, il fut détruit par les Alliés pour retarder la marche de l’armée allemande. Un pont en bois, construit par l’armée allemande, fut balayé par une inondation. Il s’établit ensuite un système bac dont le souvenir reste très vif dans la mémoire des Chalonnais. Le pont actuel est une construction en ciment armé creux pour assumer le travail et le balancement des câbles.

    Le Four à Chaux Saint-Vincent

    Cet édifice permettait la cuisson des pierres à chaux. On mettait une couche de charbon, une couche de pierres, le four était allumé, la combustion entretenue. Au pied des fours, au niveau des gueulards, on recueillait le carbonate de calcium pur.
    Les fours à chaux se développèrent en Anjou à partir du 17e siècle. L’activité atteignit son apogée au 19e tout comme l’exploitation des mines de houille. La chaux produite était transportée par les mariniers jusqu’à Nantes où elle servait notamment à la fabrication de l’acier.

       Laissez-moi un petit mot ! … Merci …