• … l´avenir est entre mes mains … ou mes pieds !

    … en ce qui concerne ma capacité à marcher …

     Il y a un mois je mettais en ligne un billet sur ce sujet … le 3 février dernier : 
    “Une renaissance pour moi … je marche !” … et j’écrivais : on m’a posé un stent y’a quelques jours et … je marche au moins 2 km sans difficulté autre qu’une jambe un peu lourde en attendant que les extrémités artérielles et les radicelles veineuses se régénèrent. J’espère que ça va durer …
    Ben non ! Cela ne s’est pas amélioré donc retour chez le chirurgien vasculaire pour en recauser !

     L’appareil en 1,63 de long …

    Le cokpit avion …

     Le télé naturelle, écologique, gratuite pendant l’effort …
    Les bouteilles sur tubes alu sont des bruiteurs anti-taupes …

    D’entrée j’ai annoncé mon “amélioration” : marche ok puis douleurs persistantes dès 500 mètres mais qui ne m’arrêtent pas … bien que cela prenne la tête.
    Il m’a dit que c’était bien et que 80 % des gens de mon âge ne faisaient pas 500 mètres par jour.
    J’ai insisté pour qu’il me valorise ce que le “stent” m’apportait ; c’est alors qu’il m’a sorti deux planches de scanner : l’une – avant – où l’on remarque une artère bouchée à 90 % et l’autre – après – où là seulement 40 % semblent bouchés soit inversement : – avant = 10 % de passage et – après = 60 % de passage … en me disant que c’était une amélioration sensible.
    Mais, lui fis-je remarquer, vous et moi n’avons pas visualisé l’état de cette artère jusqu’en bas ; il a repris le scanner d’origine pour descendre tout au long de la jambe (moi je n’avais pas cette partie sur ce qui m’était possible de visualiser sur mon ordinateur) ; il apparaît bien des troubles de passage à partir du dessus de la cheville jusqu’au talon mais, s’empressa-t-il d’ajouter, je n’y peux rien c’est à vous que revient le travail d’amélioration … il faut marcher, marcher et encore marcher pour créer des dérivations qui amélioreront la vascularisation.

    Ben oui mais, ç’a fait mal ! Qu’a cela ne tienne répliqua-t-il … si cela fait mal c’est que la jambe travaille à son amélioration … arrêtez-vous 5 mn et repartez … etc. …
    En rentrant je ruminais sur mon handicap et je me souvins que, durant des séances de kyné collectives, j’avais fait du “tapis de marche”
    Va pour le tapis de marche me dis-je et voilà :
    J’ai acheté un tapis de marche et … je marche ½ heure le midi après le repas et ½ le soir pendant l’émission de sport si je ne suis pas sorti marcher en extérieur dans l’après midi …

    Je commence à ressentir un “moins mal” … que d’aucuns qualifieront de “léger mieux” …

    “ Programme ½ heure – vitesse variable entre 3 et 4 km/h – pente du tapis entre 1 et 5% ”

        Laissez-moi un petit mot ! … Merci …

  • Angers, une ville qui rêve d´architecture …

    Un grand bond dans la modernité ? … On en recause dans 5 ans !
    Le concours «Imagine Angers»

    Le concours Imagine Angers, dont les lauréats furent annoncés en mars 2018 à l’occasion du MIPIM, préfigure les concours de l’avenir. Ce type de compétition n’est pas sans poser questions quant au fait de savoir qui des acteurs publics et/ou privés font la ville mais son succès dans la capitale de l’Anjou offre quelques éléments de réponses en six thèmes, comme les six sites du concours.
    En effet, d’un point de vue architectural, quelles sont les références de la Cité du Roi René ? Le château, la cathédrale ? Voilà qui ne rajeunit personne. De fait, à Angers, les styles de toutes les époques depuis le Moyen Age se superposent et cohabitent en une sorte de désordre indéterminé presque de mauvais goût mais non sans charme puisqu’il permet du coup toutes les audaces.

    Les six projets / six lieux distincts en photos grand format …


    (1) Jean Moulin
    Il fallait bien un exemple original ! Son implantation n’est pas non plus une entrave à l’évolution si …

    (2) La Proue
    Placé en face de l’école prestigieuse “ESEO“, à un rond point stratégique de la ville, j’approuve ce projet qui s’inscrit dans un modernisme contenu …
    (3) Saint Serge
    Encadré par la nouvelle patinoire, le Ciné Gaumont, La Fac de Droit, il rendra vivant un quartier en attente depuis trop longtemps.
    (4) Montaigne
    Une “ferme” en ville pourquoi pas mais un entretien devra être contractualisé afin de ne pas détériorer cette importante entrée de ville. 

     (5) Gambetta
    Un endroit où j’aimerais vivre … En bord de Maine, face aux arbres de la Rochefoucauld, je participerais volontiers à l’entretien des végétaux.

    (6) Front de Maine
    Là aussi j’aimerais y poser mes valises … dans l’environnement immédiat de ce musée des collectionneurs et face au château …

     

    Post green washing !

    Il faut se souvenir qu’Angers est une ville culturellement liée au végétal – quelle autre ville au monde possède un parc d’attractions sans manège intitulé Terra Botanica ? L26es meilleurs écoles et laboratoires liés au’ végétal’ y sont installés de longue date. Angers, malgré un centre très minéral, est par ailleurs une ville verte. Dans ce contexte, il était naturel que les projets fassent référence à l’une des clefs économique et culturelle de la ville et à ses filières d’excellence. Le vert donc.

     

    «Les gens ne sont pas dupes. Ils se méfient du ‘green washing’ désormais et ils ont raison», Pauline Gaudry peut en parler puisque son agence à Singapour a développé des projets d’immeubles végétaux mais «dans un climat tropical qui n’a rien à voir avec le climat en France». Précision utile : la végétation est celle de jardinières dont l’entretien est du ressort du gestionnaire et non pas des résidents, «qui n’ont dès lors pas besoin d’avoir la ‘main verte’»

    L’enthousiasme du public …
    C’est peu dire que les habitants se sont passionnés pour la compétition. En Angleterre, les bookmakers auraient fait un carton ! Les Angevins quant à eux se sont pressés par centaines au théâtre Le Quai (signé Architecture Studio) pour assister à l’annonce des lauréats retransmise par la télé locale en direct du MIPIM de Cannes dans le cadre d’une émission spéciale de près d’une heure. Ils avaient déjà visité par centaines l’exposition des projets finalistes, voté par milliers pour leur projet préféré dans la presse locale, laquelle, impressionnée par les grands noms en compétition, n’avait jamais autant dédié d’articles et de reportages à l’architecture. Avec Imagine Angers, l’architecture

    Mais est-ce le rôle des architectes, au sein d’équipes dont les acteurs sont privés, de faire des propositions pour des projets qui sont autant de sujets de société et ont des répercussions publiques bien au-delà de leur seul bâtiment ? N’est-ce pas in fine pour les élus une façon de se dédouaner de leur rôle de décideur ? Cela dit, l’immeuble en terre crue de Bauchet & de La Bouvrie, c’est la ville qui l’a choisi. C’est au moins une prise de position.
                                                                                                  C. Leray pour  chroniques-architecture.com

       Laissez-moi un petit mot ! … Merci …

  • Zitouni et Seb … Amérique du Sud … 21e étape

     6700 km A.Sud … Zitouni : ~ Puno / Arequipa / Cuzco 

    Aujourd’hui, c’était retour à Arequipa.
    Pas grand-chose à dire vu qu’on a préféré prendre en grande partie la route principale que nous avions empruntée pour faire Chivay/Puno.
    J’avais donc programmé mon GPS en conséquence. Mais il a pris un malin plaisir à nous faire faire de la piste !
    Il faut se méfier des GPS. Je lui avais demandé « durée la plus courte » SANS lui dire de ne pas prendre de routes non revêtues !
    Il a fait exactement ce que je lui ai demandé… nous avons fait environ 40 kilomètres de pistes bien défoncées.
    Mais c’était super sympa car nous avons traversé un plateau cultivé où ont été conservées des fermes « fortifiées » typiques.
    C’est de plus le « plein boum » des moissons (avoine pour l’essentiel).
    Vraiment chouette.
    Nous avions préparé nos sandwichs à l’hôtel ce matin.
    Donc nous n’avions pas de contrainte pour le repas de midi.
    Nous avons pris un chemin qui partait à gauche. Il nous a mené jusqu’à la pampa, la vraie, avec une très belle vue sur des lacs d’altitude. Il y avait un peu de vent mais il ne faisait pas froid du tout. Et pourtant, nous étions là à plus de 4500 mètres !
    Au fait, nous avons pulvérisé une fois de plus notre record d’altitude : 4880m !!!
    La redescente vers Arequipa n’a ensuite plus de charme. Donc rien à dire.
    Sauf peut-être évoquer ce camion de fruits et légumes qui a fait une belle chute.

    Place d’Armes de Arequipa … que j’ai déjà foulé aux pieds …

    Curieusement, il semble que les habitants aient le droit de « piller » la marchandise tombée du camion… il suffit d’observer ces 5 policiers (en sombre, alignés sur le talus près de la cabine du camion) qui ne bougent pas…
    La chariote a été rendue en bon état, elle. Nous avons dépassé notre « crédit » kilométrique de 45 kilomètres. Nous avons donc fait 845 kilomètres lors de cette première boucle péruvienne. Facile.
    Demain, ce sera moins drôle. Debout à 5h00 pour ensuite nous rendre à l’aéroport. Ça va piquer, une fois de plus…
    A 9h50 nous serons à Cuzco. Nouvelle voiture à prendre en compte et point de départ de notre ultime boucle.

    Nous voici arrivés à Cuzco, après un vol qui n’aura duré qu’une heure.
    Un vol sous un beau ciel bleu, une fois de plus, ce qui nous a permis de voir très nettement le volcan Sabancaya en éruption.
    Nous avions l’impression de frôler les crêtes. C’était impressionnant.
    La ville de Cuzco étant cernée de montagnes, l’avion a dû faire un certain nombre de circonvolutions avant de pouvoir se poser. Nous offrant ainsi de belles perspectives sur la ville.
    Cuzco est comme toutes les villes : moche en périphérie et possédant un beau centre-ville ancien. Vraiment très beau mais … grouillant littéralement de touristes et de voitures. Hallucinant. A croire que les touristes du monde entier se sont donné rendez-vous là. Nous avons même laissé notre voiture sur place, chez le loueur et sommes venus à l’hôtel en taxi. Nous ferons de-même pour la récupérer demain matin.
    Pour gérer tout ça … des gendarmettes souvent très menues et sexy avec leur tenue style « Lara Croft » (pantalon beige moulant avec renforts cuir à l’intérieur des genoux, pistolet dans son fourreau à mi-cuisse, ceinture bardée d’accessoires, chemisier sombre et bien ajusté, casque blanc et … moto ! ! !). A se demander si le costumier du film Tomb Raider ne se serait pas inspiré de cette tenue… Bon par contre, elles abusent du sifflet. Mais il faut bien ça pour contenir le flot de voitures avec leurs conducteurs méprisant totalement les piétons.
    Chaud de se promener en ville. De plus, les innombrables escaliers limitent singulièrement les possibilités de visites.
    On s’adapte…
    Retour à l’hôtel en milieu d’après-midi pour une soirée tranquille.
    Si nous avons le courage, nous irons photographier le centre… de nuit. Parce que là, de jour c’est tout juste si on voit les bâtiments !
    A demain pour la suite … Seb et Zitouni

       Laissez-moi un petit mot ! … Merci …