• Angers : parcours verdure ~ ligne verte

    L’avenue Jeanne-d’Arc rénovée et reconfigurée …

    Avant que le public ne soit enfin autorisé à fouler cette voie piétonne entièrement reconfigurée, bordée de tilleuls, de fruitiers et de prairies fleuries, il est déjà saisissant d’observer la nouvelle perspective qui se dessine entre l’hôtel de ville et le square Jeanne-d’Arc, via le Jardin du Mail (photo)
    Une ligne verte dont la longueur totale dépasse le kilomètre.
    Après 28 mois de chantier, l’avenue Jeanne-d’Arc rénovée et reconfigurée a été inaugurée le mercredi 25 avril à 15 heures, à l’angle de la rue Roger-Groizeleau.
    Cette cérémonie s’est déroulée en présence du maire et de son adjointe aux Espaces verts.

    au fond la nouvelle avenue Jeanne d’Arc …

    Désormais, l’avenue Jeanne-d’Arc accueille un mail planté de 154 tilleuls, 26 arbres fruitiers en libre cueillette, une allée centrale de 7 mètres de large bordée de deux bandes de prairies fleuries. Tous les 50 mètres, des placettes équipées de bancs et de fauteuils sont aménagées. Un théâtre de verdure, une aire de jeux, et des équipements sportifs complètent le square Jeanne-d’Arc situé à l’extrémité Est de l’avenue.
    Les autres plantations : 26 fruitiers (7 variétés) pour ponctuer les placettes et l’entrée du square Jeanne-d’Arc, 1 000 hortensias (7 variétés), 10 000 crocus et 928 sarcocoques à feuilles de ruscus.
    10 000 m2 de prairies fleuries et de bandes de gazon soulignent, cette allée.

    Des contestations :
    Le projet de rénovation de cet axe historique de la ville a irrité les Amis du Vieil-Angers. Une réunion publique est organisée le mercredi à 19 h 30 au lycée David-d’Angers en atteste.
    L’association du Vieil Angers, en désaccord avec le projet d’aménagement de l’avenue Jeanne-d’Arc proposé par la municipalité angevine, ne baisse pas les bras.
    Le président de l’association, a été reçu par le maire LR d’Angers. Accompagné d’un ancien sénateur UMP d’un ex-député UMP, il a fait part de son mécontentement. Un projet coûteux dixit … (Montant du chantier : 2,5 millions d’euros.)
    « On ne fait pas joujou avec l’avenue Jeanne-d’Arc. Elle date de 1616, s’est-il agacé. Ce projet d’aménagement, qui dénature ces lieux, serait illégal. Les services municipaux et le cabinet de paysagistes ont oublié que cette avenue est inscrite au Plan d’occupation des sols de la ville sous la rubrique EBC, c’est-à-dire Espace boisé classé »
    À suivre donc … On en reparlera quand la pelouse sera verte et les barrières de protection retirées.

       Laissez-moi un petit mot ! … Merci …