Journée Patrimoine : Les jardins de Chaligny … 1/2

VISITE DES JARDINS DE CHALIGNY –  STE PEXINE 85

Entre bois et rivière, ces jardins réguliers reproduisent dans le paysage la structure géométrique d’un authentique logis vendéen. Plusieurs espaces différenciés s’y succèdent dans une unité remarquable : jardin fruitier, pergola, potager, orangerie, nymphée …

L’intérieur de la cour du Château ~ Ferme fortifiée de Chaligny …

Georges Clémenceau
« Ce n’est pas moi qui suis important, ce sont les poilus … »

Histoire du logis :
Aux confins de la plaine, du bocage et du marais, sur la commune de Sainte Pexine dans le Sud de la Vendée, le logis de Chaligny apporte un témoignage de l’architecture de la Renaissance en Bas-Poitou. Il s’agit d’une « Maison des champs »  comme la décrit en 1554 Charles Estienne  dans son traité « L’Agriculture et la Maison Rustique »
Un logis est constitué par l’alliance du château et de la ferme, formant un ensemble très homogène de bâtiments encadrant une grande cour intérieure  axée Est-Ouest, autour de laquelle s’organise toute une vie agricole. Le logis de Chaligny bénéficie d’une situation géographique originale, aux confins de la plaine, du bocage et du marais, à une vingtaine de kilomètres de la mer. Dans un environnement rural préservé, abrité des vents  dominants par un  bois taillis, il s’insère dans une boucle de la Smagne. Les jardins qui entouraient le logis au XVIe siècle répondaient  aux besoins de la vie autarcique de cette époque.

Le manoir est par définition la résidence du gentilhomme, du chevalier qui ne possède pas les droits seigneuriaux de haute et basse justice permettant  d’élever un château avec tours et donjon ; c’est la maison des champs, placée au point de vue architectonique entre le château féodal et la maison du vasseur, degré supérieur de la classe attachée à la terre seigneuriale, homme libre. Son caractère distinctif est en général de former une petite agglomération de bâtiments avec logis principal pour l’habitation du propriétaire, communs pour l’exploitation, granges, étables, pressoirs, fournils, le tout avec cour et jardins, et entouré de murs et de fossés…à cette époque on cherche à leur enlever leur caractère de forteresses, on les ouvre sur le dehors, leurs murs extérieurs sont percés de fenêtres; leurs fossés comblés et remplacés par des terrasses. Dégagées de leur appareil de défense, ces résidences fortifiées se changent en simples maisons des champs : « Figurez une cour grande et spacieuse, qui soit bien carrée en tous sens, au milieu de laquelle faîtes creuser deux mares pour le moins : l’une pour les oies, canards ou autre bétail, l’autre pour rouir, ou tremper et ramollir les lupins, les osiers, les verges et autres telles choses, même pour la pourriture des fumiers ; et plus au-delà un puits avec deux ou trois auges de pierres de taille, pour abreuver le bétail et les volailles si vous n’avez la commodité de la fontaine, de la proche rivière ou du ruisseau. Cette cour contenant un arpent en carré, sera fermée de murailles de 18 pouces d’épaisseur, et de 10 pieds de hauteur, depuis le rez de chaussée, pour appuyer vos bâtiments par dedans et pour faire obstacle au danger des larrons, et ruines provenant des pluies. Il y aura des chaînes par voie et bonne encogneures, selon la commodité de votre lieu et de sa situation. » En savoir plus si …

Laissez-moi un “com” et/ou retournez à l’ ACCUEIL pour voir les précédents articles !

10 commentaires sur « Journée Patrimoine : Les jardins de Chaligny … 1/2 »

  • Bonsoir Claude

    Tu dis : l’autre pour rouir, ou tremper et ramollir les lupins

    Ils faisaient quoi avec les lupins ? j’en ai plein dans ma rue.

    PS: je reprends mes bonnes habitudes de visiter Les Blogs que j’aime, car je suis allée me réchauffer « la couenne au Mexique » :-))

    À bientôt

     

     

     

     

  • Beaucoup de charme tant sur la demeure que sur son environnement. De plus il faisait très beau. Excellente et douce journée et très agréable week-end, Claude.
  • Bonjour Claude, une belle visite et j’ai beaucoup aimé la statue et les granges avec les collections d’arrosoirs, les petites plantes grasses et bien sur toutes les belles fleurs.  Tes explications sont très intéressantes.

    Bonne fin de semaine et bises audoises

    chatou

  • L’occasion était trop bonne, tu ne l’as pas loupée. Cette ferme est très très belle, parfaitement conservée. Un grand plaisir que de la visiter par tes photos.

    Ta région regorge de merveilles.

    Merci Claude et belle journée

    Bises

     

  • De magnifiques photos qui montrent bien tout le charme de mon poitou que j’aime tant …

    Belle région qui est très souvent méconnue ou jugée sans intérêt.

    Bonne fin de semaine et début de mois.
    Bisoux, cher claude

    PS : Grande décision pour février : je vais limiter mes passages sur les blogs :
    J’y passe beaucoup trop de temps !

Les commentaires sont fermés.