Chronique aventure Thaïlandaise 2019 Étape 1/12

Etape 1 – Chiang-Maï – Mae Chaem (Thaïlande)

Vous en connaissez beaucoup, vous, des pistes de montagne ininterrompues de plus de 100 kilomètres, sinueuses à souhait et parsemées à la fois de ravines, de ponts branlants, de sections humides et glissantes, de portions recouvertes de fesh fesh piégeux, de caillasses roulantes, de zones sablonneuses… Tout ça dans une forêt primaire luxuriante, les plantations de bananes, les rizières et les champs de fraises ? Ben nous, oui ! 

des pistes de montagne ininterrompues de plus de 100 km

Le chant du cocq, le « gong » du temple d’à côté, le ronronnement du climatiseur auront eu raison de notre sommeil. A 4h30 ce matin, tous, nous étions réveillés, prêts à bondir sur nos motos.
Ce n’est qu’à 7h30 tout de même que nous nous rendons dans un hôtel tout proche du nôtre pour prendre un copieux petit-déjeuner.
8h30. Il est temps de prendre le départ de notre première étape. Sortir de Chiang Mai n’est pas compliqué. Mais c’est long. La circulation est très dense sur le boulevard qui rejoint l’aéroport, vers le sud-ouest de la ville. Et malheureusement c’est l’axe que nous devons emprunter pour rejoindre notre première piste. Après avoir parcouru environ 20 kilomètres, nous prenons à gauche notre premier chemin thaïlandais. Il est sec, recouvert de gros gravier et jonché de feuilles mortes.

Très sinueux, il est parfois technique …
C’est volontairement que j’ai choisi de mener ma petite troupe sur cette piste. Comme lors de chacun de mes raids, je profite de ces premiers moments de roulage pour jauger le groupe, d’adapter ma vitesse de progression à celle du pilote le moins aguerri. Ainsi, je détermine avec une relative précision la distance qu’il nous sera possible d’envisager raisonnablement chaque jour.
Le groupe se comporte plutôt bien.
Après seulement quelques kilomètre, je stoppe la caravane. Je demande alors à chacun de noter, de 1 à 10 les difficultés rencontrées. Ron m’indique les avoir jugé à 7. Pour Eric, c’est 3 et pour Franck, 5. Du coup, Ron est tenté de descendre à 5 lui aussi.
Cette appréciations me seront utiles afin d’adapter mon circuit aux capacités d’engagement du groupe tout entier.
Reste à voir si, dans la durée, la fatigue se fera sentir…
Nous quittons cette première piste au bout de 15 kilomètres environ.
Un long bout de route goudronnée, très sinueuse et toute en montées et descentes permet à chacun de bien respirer et de se détendre les membres.
En milieu de matinée nous faisons une pause thé et café, suivie assez rapidement d’une pause déjeuner dans un restaurant familial que je connais bien.
Jusque là, tout va bien.
Une seconde section d’asphalte nous permet d’atteindre l’entrée d’une piste magnifique qui se déroule sur plus de 100 kilomètres.
La piste terreuse, assez large décrit d’innombrables woops dans une végétation luxuriante. Tantôt rouge, sombre et luisante – donc glissante – lorsqu’elle n’est pas directement exposée à la lumière du soleil, tantôt couleur crème et poussiéreuse, elle est empruntée par quelques pick-ups chargés de choux, de cagettes de fraises, de cochons, de thaïs.
Dans les portions les plus pentues des rampes en béton aux abords ravinés nécessitent une grande attention.
En milieu d’après-midi nous parvenons avec les réservoirs presque vides à atteindre un village. Une première station-essence est fermée. Angoisse.
Heureusement, plus loin, un cabanon attire mon attention. 3 fûts y sont alignés, surmontés de pompes à main fixées sur des bocaux gradués.
Nous donnons à boire à nos montures déjà bien sales.
La fatigue se lisant sur les visages de « mes » pilotes, je décide de prendre le goudron pour rejoindre Mae Chaem, notre ville étape.
Les 2 premiers hôtels dans lesquels nous nous rendons sont « fulls ». Un troisième nous semble trop onéreux. Nous poussons jusqu’à un quatrième, assez miteux mais quasi vide. C’est assez logique.
Peu importe, nous ne sommes là que pour dormir. Et à 12 euros environ la hutte au toit pointu nous ne pouvons pas être trop exigeants. Les draps sont propres, des ventilateurs brassent l’air chaud et les douchettes crachent un filet d’eau tiède. Ca ira bien…
Nous nous donnons rendez-vous à 18h30 afin de filer vers le « centre-ville » pour le dîner.
Eric, un peu froissé après une chute – heureusement sans gravité – dans une portion de fesh-fesh où la visibilité avait été très diminuée par le passage d’un véhicule s’est assoupi.
Ron pianote sur son smartphone et Franck est déjà parti faire des achats.
La nuit tombe. Le restaurant situé à moins de 100m nous semble correct. Nous pourrons, de là, surveiller le retour de Franck afin de l’inviter à nous rejoindre. Les plats qui nous sont servis sont excellents. Soupe de pâtes et poulet aux herbes aromatiques, poulet au lait de coco et son bol de riz, légumes frits … que du bon. 4 grandes bières Léo et le tour est joué.
20h. Les paupières se font lourdes, il est l’heure d’aller se coucher.
Bonne nuit ! Zitouni et sa bande …

Laissez-moi un “com” et/ou retournez à l’ ACCUEIL pour voir les précédents articles !

9 commentaires sur « Chronique aventure Thaïlandaise 2019 Étape 1/12 »

  • Des pistes bien tortueuses en effet et j’espère que tout va mieux pour celui qui s’était blessé? Trop choux ces petitous. Le paysage est superbe avec ces rizières. Passe un bel été, Claude et encore merci pour la fidélité que tu témoignes à mon blog. A bientôt
  • Merci pour le diaporama , il est accessible maintenant . Un parcours vraiment tres technique en voyant ces pistes .

    Bonne soirée

    Bises

  • Bonsoir Claude

    Bon, les Bleues ont perdu … snifff … mais c’est bon je peux voir ton diapo avant d’aller me coucher !

    Oui des pistes sinueuses et une belle végétation, j’imagine aussi la chaleur …

    J’♥ les 3 petits loulous qui regardent passer les motos, mais ils ont dû déjà en voir passer, il n’y a pas que des éléphants ici ! lol !

    Bravo à Zitouni et ses amis qui doivent avoir des souvenirs inoubliables, à Chiang Maî moi j’ai pris le train de nuit, c’était folklo aussi !!!

    Merci pour le partage

    Bises, bon week-end

     

     

     

  • ..dommage pour la vidéo mais le texte qui accompagne nous plonge dan l’ambiance…

    Bises du soir

    Mireille du sablon

  • Même souci pour le diaporama mais le texte nous plonge directement dans l’ambiance , un grand merci à Zitouni et sa bande pour le partage de son périple Thaïlandais

    Bonne soirée

    Bises

  • Même chose pour moi. Pas capable de lire le lien du diaporama. Mais je sens que ça sera un beau voyage à suivre. 

    GinetteD

     

  • Dommage je n’arrive pas avec ton lien à accéder à ton diaporama . j’ai beaucoup envie d’aller en Thaïlande. Bisous et bon weekend
  • Bonjour Claude

    Impossible de voir le diapo, voilà ce qu’on me dit ….

    « 404. Il s’agit d’une erreur.

    L’URL demandée est introuvable sur ce serveur. C’est tout ce que nous savons. »

    Mais j’ai pris plaisir à lire le texte de Zitouni !

    oui on mange bien en Thaïlande !!!

    Je repasserai ….

    Bises, bonne journée

     

Les commentaires sont fermés.