Promenade en bord de Loire à St Florent le Vieil …

Promenade digestive en bord de Loire
après avoir déjeuné à l’Auberge de la Gabelle

……………..La Gabelle toute une histoire …
Non, pas l’auberge, mais l’impôt … qui frappait le sel de la nuit des temps à 1790.
La tour de la Gabelle servait à pourchasser les faux-sauniers, jusqu’à l’abolition de la taxe, après la Révolution. 
Appuyée sur un socle tronconique inversé et ceinturée de trois petites fenêtres de guet, la tour de la Gabelle est accrochée à l’angle d’un ensemble immobilier massif datant du XVIIe siècle et « sûrement bâti sur des ruines encore plus anciennes. »

La maison de Julien Gracq (géographe / écrivain)

La promenade “Julien Gracq”

Une toue cabanée de pêcheur professionnel

Située à l’entrée du quai de la Loire, elle est l’un des éléments important du patrimoine architectural et historique de la commune. Jusqu’à la Révolution, l’hôtel de la tour était occupé par un service des impôts, qui employait jusqu’à sept personnes.

À l’époque, le sel, condiment indispensable à la conservation des viandes et poissons, était un monopole royal depuis le XIIIe siècle. Il était donc stocké dans un local adapté, 50 mètres plus loin, dans la rue du Grenier à sel, où la population était fortement taxée par les fermages de l’état.

La gabelle, un impôt injuste !
La gabelle était d’autant plus injuste et impopulaire qu’elle frappait de manière inégale les provinces de France. À Saint-Florent-le-Vieil, pays de « grande gabelle », on payait le sel et son impôt 20 à 30 fois plus cher qu’en Bretagne, pays exempt.
Comme à Varades, à 50 mètres de l’autre côté de la Loire. Il régnait une intense activité de contrebande, pour passer le sel breton, exempt de gabelle, jusque dans les coins les plus reculés des Mauges. « C’est d’ici que les gabelous veillaient jour et nuit pour limiter ces trafics. Ils pouvaient même tirer sur les faux-sauniers, qui risquaient les galères, ou pire la peine de mort, s’ils étaient armés », raconte une habitante, héritière de l’ancien Hôtel de la Tour.
Plusieurs siècles durant, la gabelle, impôt de désordre, a contribué aux revendications de la Révolution. Si bien que pour ramener le calme dans les campagnes, elle a été supprimée en 1790.

Après la Révolution, l’hôtel de la Tour est devenu l’auberge de la Croix Blanche, acheté par la famille Renou-Jac, en 1916.
Il jouxtait le cabaret de la Masure, devenu aujourd’hui l’Auberge de la Gabelle. L’habitante, née ici il y a 88 ans, l’occupe toujours. Elle y fut couturière toute sa vie.

Laissez-moi un “com” et/ou retournez à l’ ACCUEIL pour voir les précédents articles ! <p> </p>
Ma chaîne YouTube : Les Mauges Ocgall

5 commentaires sur « Promenade en bord de Loire à St Florent le Vieil … »

  • Bonjour Claude

    Impossible d’ouvrir ton blog à partir de la N-L …

    Superbe cette Tour de la gabelle

    Une belle balade digestive sur les bords de Loire qui manque beaucoup d’eau et de belles découvertes et rencontres

    J’adore le chien qui adopte la même attitude que son maître !

    Jolie aussi la Toue cabanée, je connais un endroit en Corrèze où elles sont à louer en chambres d’hôtes

    Merci pour ton partage

    Bonne soirée, Bises

     

  • Les histoires de taxes, d’impôts et de contrebande ne datent pas d’aujourd’hui ! Mais dans ces époques reculées, on tirait à vue, on courrait de gros risques en choisissant d’être hors-la-loi !

    Cette tour est étonnante, posée sur ce cône inversé, ce qui donne une impression d’instabilité !

    Bon dimanche à toi

  • Belle page d’histoire qui rappelle combien certains impôts étaient sont injustes!

    Bon dimanche!

    Bises de Mireille du sablon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.