• Journée jardins ouverts : Château de la Faucille 1/2

    Jardin du Château de la Faucille – 49 l’Hôtellerie de Flée …
    ~ 1e partie ~

    Site remarquable de la vallée de l’Oudon. Jardin en terrasses jusqu’à la rivière, bassin d’ornement et fontaine, orangerie, douves en cours de restauration.

    la façade du jardin d’hiver … rosiers grimpants …

    Dans le très beau paysage de la vallée de l’Oudon, trois terrasses, occupées par un potager et des parterres ornés de vieux buis, descendent du château jusqu’à la rivière. Bassin d’ornement et fontaine restaurés.
    Le château de la Faucille, installé au cœur d’un vallon dominé par de hauts coteaux schisteux et traversé par l’Oudon, est élevé au 17e siècle sur les ruines d’un ancien château fort médiéval. Les façades ouvertes sur l’environnement du parc sont organisées en travées ordonnancées selon un axe de symétrie. Le jardin est composé de trois terrasses, occupées par un potager et des parterres ornés de vieux buis qui descendent du château jusqu’à la rivière.

    La chapelle, le pigeonnier, la glacière, l’orangerie restaurée, constituent les témoignages de la manière dont était organisée la vie sur un site castral tel que celui de la Faucille.

       Laissez-moi un petit mot ! … Merci …

  • Chronique d´une aventure ibérique 2018 ~ Zitouni

    Espagne et Portugal … Étape n° 5 ~ Puebla de Sanabria (Esp) => Lavacolhos (Port)
     3900 km de pistes et petites routes 

    Quelques minutes seulement après avoir quitté notre campement, nous voilà déjà arrêtés. Nous n’étions en effet qu’à huit kilomètres environ de la frontière entre Espagne et Portugal et c’est là que nous venons de stopper nos machines aux moteurs à peine chauds.

    Le destrier de Zitouni … au repos …

    Entre Rihonor de Castilla – côté espagnol – et Rio de Onor – côté portugais – a été « plantée » une borne de granit très ancienne, gravée d’un « P » et d’un « E » et marquant notre changement de pays. Même si cela n’a rien d’exceptionnel, l’architecture préservée des deux hameaux méritait bien quelques photos. Le pont médiéval, les murs de pierres sèches, les balcons de bois et les toits de lauzes des maisons sont remarquables. Seule l’eau claire jaillissant de la vieille fontaine vient troubler le silence des lieux.
    Nous ne tardons pas à nous engager sur une première piste. Le chemin caillouteux, tout en virages, montées et descentes ravinées est dessiné pour desservir une multitude de petites plantations d’oliviers.

    Les coquelicots apportent une note colorée à ce tableau, déjà idyllique.
    Un croisement de plusieurs pistes me fait prendre la mauvaise direction. J’entraîne alors mes compagnons de voyage dans une descente vertigineuse. Chaud !

    En milieu de journée, couverts de poussière, nous atteignons le Rio Duero, très encaissé. Rive droite et exposées au sud, des parcelles de vigne occupent tout le versant. Quelques maisons traditionnelles de vignerons égayent les lieux. Nous prenons le temps de discuter avec un ouvrier agricole parlant un peu français. Il nous indique qu’un viticulteur champenois est propriétaire ici de plus d’un million de pieds de vigne.
    Nous poursuivons notre route au travers du Parque Natural Arribes del Duero. Nous quittons bientôt la province de Bragança au profit de celle de Guarda. Nous sommes là dans les contreforts de la Serra Da Estrela. Le mont Torre s’en détache nettement (1993 mètres). C’est aussi le point culminant du pays.
    Tout comme les intempéries nous avaient empêchés de traverser le Désert des Bardenas lors de notre première étape, le temps couvert d’aujourd’hui nous incite à reporter son ascension. Heureusement, sur le chemin du retour, nous repasserons par ces deux endroits. Peut-être aurons-nous plus de chance…
    Il est tard. La piste qui doit nous mener à notre lieu de bivouac est technique. S’y hasarder maintenant ne serait pas prudent. Nous préférons pousser jusqu’à Lavacolhos. À l’entrée du village, en contrebas près d’un torrent a été aménagée une aire de loisirs, inoccupée à cette saison. Nous y installerons nos tentes pour la nuit.
    À suivre … Zitouni

       Laissez-moi un petit mot ! … Merci …

  • Angers et son vieux quartier … 3/3

    Une heure à passer en attendant le montage de mes nouveaux verres ….
    3 / 3

    Oui, de temps en temps je change mes verres de lunettes et le temps du montage j’en profite pour parcourir les rues de ma ville … pour le plaisir …
    Je vous livre ici en dernière partie, en diaporama, ce que mon APN a saisi.
    Certaines photos son commentées …

    À la fin du diaporama vous saurez si j’ai récupéré mes lunettes avec de nouveaux verres …

    Restaurée, la chapelle ND-de-Pitié révèle ses trésors …

     

    l’ancienne gendarmerie départementale … désaffectée …

     

    La chapelle Notre-Dame-de-Pitié, attenante à la cathédrale Saint-Maurice, a rouvert au culte. Visite entre Moyen-Âge… et période moderne. (fermée aux visites cause d’office funèbre) L’inauguration a eu lieu après un an de travaux et a révélée nombre de trésors. Mené par l’État et la paroisse, le chantier de rénovation a nécessité l’intervention d’une dizaine de restaurateurs d’œuvres d’art. La lumière a été entièrement repensée pour mettre en valeur ces voûtes très bombées, typiques de l’architecture gothique Plantagenêt ou angevin de la fin du XIIe. Plusieurs pièces complètent le décor, comme les retables aux reliefs dorés ou encore ce tableau perché, qui représente le Christ de pitié, et dont la signature de l’artiste est réapparue pendant la restauration.
    Autres richesses, des résurgences du Moyen-Âge,  le haut d’une peinture murale qui représente St Christophe. Elle a été datée du XVe, et montre que la paroisse était assez riche à l’époque.

       Laissez-moi un petit mot ! … Merci …