• Sortie annuelle de tous les marcheurs …

    Le “Club de l’Amitié” de Villevêque “promène” tous ses marcheurs (enfin ceux qui veulent) une fois par an en forêt de Baugé … 

    Pour les savantes et les savants qui comme moi utilisent une carte Géoportail, voici les coordonnées sexagésimales(*) du GPS au point de ralliement : 47.33.30.N ~ 0.8.51.W
    (*) “sexagésimales” Ah que voilà un mot “grossier” ! Vous savez tous compter en base 10, un peu moins en base 2 (informatique) et peut-être plus du tout en base 60 (add/soustraction des heures, mesure des angles et des coordonnées géographiques)
    Nous partîmes 64 de Villevêque et, par le plus pur des hasards, nous nous vîmes 64 en arrivant au point de ralliement … Étonnant !
    Journée en trois temps :
    1) Marches de 10 ou 5 ou … 2 km pour moi et un ami qui sommes blessés,
    2) Pique-nique sur tables et bancs généreusement mis à notre disposition,
    3) jeux cartes ou boules ou les deux …
    – Pendant notre marche, comme mon ami et moi cheminions à petits pas comptés, nous en avons profité pour admirer les champignons au long des chemins, nous incliner religieusement devant le menhir de la “Pierre du Cog” et visiter une bauge de sangliers vide de ses habitants ( ~50.000 sangliers en Maine et Loire et 4.500 “prélevés”, disent les chasseurs, pendant la dernière campagne de chasse ) …
    – Le pique-nique fut précédé d’un apéritif “maison” offert par l’association avec nos cotisations … suivi d’un mélange de bruits de fourchettes, de mandibules et de conversations “hautement” prononcées et du traditionnel et bon gâteau fabriqué par notre amie Monique pour ce qui concerne notre petit groupe de 7  habitués …
    À mon grand désappointement, il ne fut pas servi de café. (quel manque de générosité mais nous avions sans doute “brûlé” nos réserves financières dans l’apéritif)
    – Puis, n’aimant ni les cartes ni les boules  … fin de journée ! … Ce fut sympathique …
    Pas de photo de groupe !  Certaines y étant allergiques ! Elles avaient entendu parler de “dindes” qui avaient attrapé un virus en mangeant de l’internet … donc …

    Le menhir de la “Pierre du Coq”

    LA FORÊT DE BAUGÉ,

    Site naturel à Baugé-en-Anjou, est un des massifs remarquable de l’Anjou de moins de 500 hectares. Elle est essentiellement composée de chênes et de hêtres. C’est actuellement un domaine de chasse au grand gibier et sanglier …

    Cette forêt présente des milieux très diversifiés, une remarquable faune forestière et une grande variété de champignons. Elle est exploitée depuis des siècles et gérée par l’association des propriétaires.

    C’est un lieu de promenade quadrillé de chemins pédestres comportant plusieurs aires de pique-nique aménagées.

    MENHIR DE LA PIERRE DU COQ

    Époque Néolithique …
    Ce menhir se trouve sur le chemin de Rigné. ( 47.33.17.N ~ 0.8.21.W )
    C’est une pierre verticale, la seule recensée en Maine et Loire.
    Elle est formée d’un seul bloc de grès de 2,60 m de haut et percée à sommet d’un trou foré verticalement d’environ 4 centimètres de diamètre pour 1 mètre de profondeur.
    Ce brave volatile, le coq n’est peut-être pour rien dans cette dénomination. L’imaginaire populaire a toutefois inventé deux réponses possibles qui sont devenues des légendes :
    On dit que nos ancêtres les Gaulois y sacrifiaient les coqs et que le trou servait à faire couler le sang.
    On dit aussi que cette pierre fait un tour sur elle-même lorsqu’elle entend le coq chanter.
    Un polissoir se trouve près du menhir. Enfoui sous terre, on n’en voit que la surface. Deux parties distinctes le composent : une partie lisse pour polir les pierres et une partie incurvée striée de profondes rainures pour rendre les pierres tranchantes. Pour cela, les hommes préhistoriques utilisent un mélange à base d’eau et de sable, permettant une meilleure abrasion de la pierre à polir.

       Laissez-moi un petit mot ! … Merci …