• Journées RV Jardins 4/5 : terrasses et Palais Briau

    Un air d’Italie avec le palais Briau à Varades … 
    PARC DU PALAIS BRIAU (18 ha)

    Descriptif du parc
    Le parc paysager du Palais Briau est un belvédère sur la vallée de la Loire. Sur ses 18 ha., trois niveaux de terrasses (photo® https://goo.gl/EbaMX4) permettent de découvrir l’admirable vue sur l’abbatiale de St Florent le Vieil. Ce parc paysager à l’anglaise et à l’italienne mène, par un labyrinthe d’allées de buis, de phyllireas et de lauriers thym, à la découverte de nombreuses fabriques et d’un château médiéval. Une Héronnière extraordinaire (plus de 80 nids ) s’est installée au bord de la boire Torse, un ancien bras de Loire qui fait partie du parc. On peut y observer 4 sortes de hérons : Le héron cendré, la petite aigrette, la grande aigrette et le héron hobereau très rare dans la région.

    façade du palais …


    Historique du palais
     


    Probablement dessiné par l’architecte angevin Edouard Moll, en 1854 pour son commanditaire François Briau, (Ingénieur des Chemins de Fer sous Napoléon III). Le parc en terrasses du Palais Briau est l’écrin d’une Villa italienne fortement inspirée par l’architecture de Palladio. Surplombant la vallée de la Loire, le palais est axé sur l’abbaye de St Florent le Vieil et bordé par un ancien bras de Loire aujourd’hui appelé Boire Torse. L’histoire du site n’a pas commencé par le Palais Briau, mais par un antique château sur son éperon rocheux, dont on découvre les vestiges au détour d’une allée. 

    Erigé au XI / XIIe siècle par le Brient, seigneur de Varades, il est traité en ruines romantiques, comme c’était l’usage au XIXe. Cette place forte qui surveillait la Boire Torse, fut démantelée en 1599. Plus tard les salles souterraines du vieux château servirent de Quartier Général aux Vendéens lors de la Virée de Galerne après la mort du Général Bonchamps à Varades. François Briau, Ingénieur des Arts et Métiers né en 1812 fait fortune en construisant des lignes de Chemin de Fer en Italie (Bologne à Ancône) et en France de Tours à Nantes et de Nantes à St Gilles Croix de Vie. Influencé par ses voyages il entreprend entre 1854 et 1864, la construction d’un palais italien. Homme de progrès, il utilise toutes les techniques modernes allant même jusqu’à fabriquer sa propre électricité. La conception architecturale de cet ensemble (ISMH) est remarquable par son jeu de terrasses, ses accès souterrains aux différents niveaux, son orangerie très importante construite avec la technique des ciments armés en 1860 (1ère réalisation en France).

       Laissez-moi un petit mot ! … Merci …

  • J ai revisité pour vous le château d Angers … 3/3

    De part et d’autre … Du haut des murailles du château d’Angers … 

    L’empreinte historique :
    Bien que construit par Blanche de Castille et Saint Louis, le château d’Angers est fortement marqué par les aménagements réalisés par les ducs d’Anjou, notamment le dernier d’entre eux, le roi René (1409-1480) qui voulait faire de l’Anjou « le jardin de la France ».
    René est considéré comme un précurseur de l’horticulture en Anjou. Tout au long de sa vie, il est passionné par les plantes et les jardins.
    Il fait cultiver la vigne et importe en Anjou des essences méditerranéennes et semble y avoir introduit la rose de Provins, l’abricotier, le micocoulier, le muscat, les anémones …

    Place de l’Académie et église St Laud …

    Et aujourd’hui ?
    Le château d’Angers recèle différents jardins qui ont été réinstallés depuis les années 1950.
    Ils ont bénéficié récemment d’un partenariat qui a permis leur embellissement dans une démarche à la fois historique et novatrice en associant les variétés anciennes et nouvelles.
    De plus, pour l’entretien de ce vaste espace naturel, le château s’est engagé dans une démarche de développement durable et de préservation de la biodiversité en privilégiant l’utilisation d’outillage adaptés et lutte biologique. 
    Le jardin du Logis royal est planté de différentes espèces et variétés d’Hydrangea. D’origine ancienne, ces variétés sont produites par des entreprises de la région … 

    Le genre Hydrangea, d’origine asiatique et américaine, est composé de 23 espèces. La plus répandue en Europe est Hydrangea macrophylla ou hortensia, originaire du Japon.
    L’hortensia constitue une production majeure en Anjou.

    Un jardin de genêts a été planté sur le talus sud et la roseraie, située à proximité de la galerie de la tapisserie de l’Apocalypse, fait l’objet d’une étude pour un réaménagement.

    La vigne témoigne du goût du roi René pour les vignes et de l’importance du vignoble du Val de Loire, 3ème vignoble français. Le cépage est le chenin, un raisin blanc.
    Le jardin potager est composé de plates-bandes et de plessis. Il est planté d’espèces légumières et fruitières, de petits fruits et d’une prairie fleurie médiévale. Installé sur une terrasse des remparts du front nord (côté promenade du Bout du Monde), visible depuis le chemin de ronde, le jardin potager présente la particularité d’être assez difficile d’accès. Dans le cadre de la convention, le château d’Angers a accueilli des étudiants pour un chantier école en aménagement paysager fin 2016. Ils ont réalisé les relevés topographiques du potager, la création des allées avec la pose de toiles tissées et de paillage ardoise, la fabrication et la mise en place de plessis, l’apport de terre, le déplacement ou la plantation des végétaux.Ils ont redonné tout son relief à ce potager.

       Laissez-moi un petit mot ! … Merci …

  • Petite marche : Les sablières (parc et détente) …

    Ce jour là, une idée nous est venue ! … 

    « Il fait chaud et nous cherchions à prendre le frais ? »
    Pourquoi ne pas profiter du beau temps pour aller se rafraîchir au parc des Sablières à Écouflant ? Son plan d’eau, sa plage de sable fin et sa baignade surveillée, de fin juin à début septembre, nous réservent des après-midi de nage ou de farniente à l’ombre des grands arbres.
    Le parc des Sablières, c’est aussi un boisement de saules, de fruitiers sauvages, de landes et de chênes sur 56 ha. Au détour des sentiers ombragés, on découvre plusieurs étangs entourés de genêts. Equipé de tables de pique-nique et de jeux sur la plage, ce parc constitue un site idéal pour les sorties familiales et de groupes.

    Monter jusqu’aux cimes des arbres pour voir si l’herbe …

    Ce peut aussi être une halte désaltérante pour les randonneurs (comme nous) engagés sur le sentier communal ou sur le circuit de grande randonnée pédestre des basses vallées angevines.
    Le parc des sablières est un endroit idéal pour les sorties en famille. Si vous avez besoin de calme , de fraîcheur et de repos à la fois alors n’hésitez pas , le parc des sablières vous promet de belles ballades sous l’ombre des pins bordant le lac. Vous n’aurez pas le temps de vous ennuyer, sur place vous trouverez : Des jeux pour les enfants , des tables de pique-nique, un espace baignade et une plage de sable fin qui vous transporte au bord de la mer.

     Monter jusqu’aux cimes des arbres (non, pas nous) pour y voir si l’herbe y est plus verte… Le parc Anjou Aventure près des Sablière, offre depuis 2003 quatre hectares de forêt et 135 jeux sur 11 parcours sécurisés où les visiteurs évoluent d’arbre en arbre à une hauteur du sol oscillant entre 2 et 22 mètres : tyroliennes (il y en a 28), ponts suspendus, toiles d’araignées et autres balançoires. Les difficultés et hauteurs sont progressives et adaptées au niveau de chacun.
    Anniversaire, séminaire, enterrement de vie de célibataire, challenge multi-activités … Le parc déplace ses activités pour des projets événementiels spécifiques.

       Laissez-moi un petit mot ! … Merci …

  • Journées RV Jardins 3/5 : Ferme et caves du Palais Briau

    Un air d’Italie avec le palais Briau à Varades … 

    Visite de la ferme et des caves du Château de la Madeleine ou Palais Briau à Varades 44
    Alors que les vacances touchent à leur fin, J’ai profiter des derniers rayons de soleil pour découvrir le palais surplombant la Loire.
    À l’entrée du domaine, des ruines, des dépendances qui datent de la Seconde Guerre mondiale. À l’époque, un avion s’y est écrasé. Aujourd’hui, la nature a repris ses droits, un arbre pousse à l’intérieur du bâtiment principal. En poursuivant sur le sentier, l’imposant palais se découvre. Le rose des briques, le gris des pierres et du métal illumine la bâtisse, même lors des journées de pluie. Sur les hauteurs de la vallée de la Loire, le palais Briau est un bijou de l’art italien. La majestueuse demeure domine la Loire.

    aile droite du corp de ferme …

    Entrée de service du Palais Briau …

    Des particuliers à son chevet !
    Construit au XIXe siècle par François Briau, un ingénieur de la région. À l’origine dénommé, « château de la Madeleine », il appartient de 1924 à 1994 de la famille de Léon Slove, industriel du Nord et de Cyril de La Patellière, de 1982 à 1994.
    Depuis vingt ans, les nouveaux propriétaires ont réinvesti les lieux, après avoir quitté leur vie parisienne. Un véritable bouleversement puisque le couple a quitté le confort de son appartement pour l’immense palais, alors laissé à l’abandon. « À l’époque, quand nous l’avons acquis, le château était dans un piteux état. Il a fallu engager d’énormes travaux pour le rendre ne serait-ce qu’habitable. » Depuis, le couple poursuit quotidiennement l’entretien du palais, mais aussi de l’immense parc qui l’entoure.

    « Pour des raisons financières, nous faisons tout nous même, et faire le ménage ne demande pas le même travail qu’un appartement ! » Et ce ne sont pas que les 1 500 m² du palais que le couple doit entretenir… Le parc en terrasse et les jardins à l’italienne s’étalent sur 18 ha, sans oublier l’une de la plus grande orangerie du département. Ils offrent une vue dégagée imprenable sur la Loire.
    Le premier propriétaire, Monsieur Briau …
    L’homme qui a construit le palais est une figure de la région. En tant que ingénieur, il a pris part au dessin et à la réalisation des lignes de chemin de fer. « Né en 1812, il a fait fortune en construisant et en exploitant des lignes de chemins de fer, de Tours à Nantes, de Nantes à Pornic, et en Italie. Il s’est beaucoup inspiré de ses voyages en Italie pour construire le palais Briau. Il a fait appel à l’architecte Édouard Moll, qui en a dessiné les plans en 1854. On y présente le mobilier et les décors d’origine, marqués par une influence italienne pour certaines parties et anglaise pour d’autres … ». OF 27/08/14

       Laissez-moi un petit mot ! … Merci …

  • J ai revisité pour vous le château d Angers … 2/3

    Dans la chapelle du château : Des représentations (XVIe – IXe) … 

    Jean le Baptiste
    En inaugurant un cycle de présentations de l’exceptionnelle collection de tapisseries du trésor de la cathédrale d’Angers, cette exposition s’articule autour d’une tenture de l’histoire de Jean le Baptiste, qui, depuis 1517, ornait l’église éponyme de la ville d’Angers et dont une scène a été retrouvée et acquise en novembre 2015 par l’État.
    Selon les termes de sa commande, la tenture devait illustrer les épisodes principaux de la vie de Jean le Baptiste. Considéré comme le dernier des prophètes juifs et le premier des prophètes chrétiens, il est également reconnu parmi les prophètes pour les musulmans. Attesté par les écrits de l’historien Flavius Josèphe et cité dans les textes religieux, Jean le Baptiste tient une place prépondérante dans l’histoire de l’Église et l’histoire de l’art.
    La chapelle du château (début du XVe siècle) est sous son vocable et il subsiste de la collection d’orfèvrerie de Louis Ie commanditaire de la tapisserie de L’Apocalypse, une paire de valves de miroir représentant Jean le Baptiste (fin XIVe siècle) montrant la vénération particulière des ducs d’Anjou pour ce saint.

    … histoire de Jean le Baptiste …

     

    Outre cette tenture du XVIe siècle, le trésor de la cathédrale d’Angers, en grande partie conservé dans une réserve au château, renferme d’autres tapisseries des XVIIe et XVIIIe siècles relatant l’histoire de Jean le Baptiste.

     

    Dans cette exposition, elles sont accompagnées de peintures, de sculptures, de livres et d’objets, montrant à la fois la diversité des représentations de ce personnage et leur évolution au fil des siècles. Ces oeuvres proviennent en majorité de collections publiques d’Anjou.

     L’idée de se faire représenter sous les traits d’un saint n’est pas nouvelle au XVIe : François ler reprend cette formule et figure sous les traits de Jean le Baptiste dans une peinture de Jean Clouet conservée au musée du Louvre (vers 1518). En Anjou, trois portraits présentés ici adoptent cette pratique. Il s’agit d’enfants: Ambroise de Melun (vers 1677), Louis XIV (1638-1715) et Louis César de Bourbon (1672-1683), tous issus de hautes lignées, parfois royales. C’est à dessein que la figure de Jean le Baptiste est alors choisie : c’est le saint le plus proche du Christ dont il personnifie le baptême, ce dernier précédant l’onction que les rois de France reçoivent à leur tour lors du sacre.

       Laissez-moi un petit mot ! … Merci …

  • Petite marche : la levée de Belle Poule

     Petite marche en Loire asséchée et sur la levée de Belle Poule … 

    Levée de la belle poule aux Ponts de Cé 49
    Longue de six kilomètres cette piste cyclable de la Levée de la belle poule à Les-Ponts-de-Cé est maintenant réservée aux piétons et aux cyclistes. Cette levée présente une éventuelle extension qui prolonge les 6 km de la levée de belle poule de 6 autres kilomètres au prix d’un petit passage dans un village calme. 

    Maison typique des bords de Loire

     

    La levée de Belle Poule propose de beaux points de vue sur le paysage si pittoresque des bras de Loire et procure aux amateurs de beaux moments pour la contemplation d’une faune et d’une flore préservées.

    La forêt de Belle Poule a totalement disparu, mais elle aurait fourni son bois et son nom à la frégate qui ramena de Sainte-Hélène le corps de Napoléon 1er.

    Le passage par l’île Marière permet de profiter d’une magnifique plage de sable lorsque la Loire est basse, sans oublier toutefois que la baignade est interdite en Loire.

     

       Laissez-moi un petit mot ! … Merci …

  • Journées RV Jardins 2/5 : jardin de Chauvigné 49 …

    Autour d’un manoir XVe et XVIIIe siècles ..

    … petit jardin familial librement inspiré des jardins français, italien et anglais. Charmille, pergola de plantes grimpantes et de vigne et plantes aromatiques y côtoient un potager.

    Le puits à charpente bois est du XVe

    Qualifiée de maison de maître ou de manoir , la maison a été bâtie sur l’emplacement d’une villa romaine nommée Calviniacus (la villa du Chauve) qui deviendra par la suite Chauvigné (Hameau de Saint-Rémy la Varenne).
    Les propriétaires supposent que le bâtiment était une dépendance du manoir de Chauvigné, à côté.
    Lorsque qu’ils achètent le manoir en 1967, c’était un champ de ruines.
    Les bâtiments écroulés ont donné l’idée des terrasses.
    La création des jardins est une réalisation personnelle du propriétaire, c’est un mélange de jardins à la française, à l’italienne, à l’anglaise, médiévaux, baroque et même arabo-andalou.

    Le tout est harmonieux et forme un havre de paix, bien agréable. Le puits est du XVe

       Laissez-moi un petit mot ! … Merci …

  • J ai revisité pour vous le château d Angers … 1/3

    Histoire du Château d’Angers … 

    J’ai voulu revisiter le Château d’Angers pour vous donner envie …

    Les premières traces d’occupation attestent de la présence humaine sur le promontoire rocheux dominant la Maine dès 4000 avant notre ère puisqu’on y a découvert une sépulture datant du Néolithique. Le site a ensuite été occupé par les Gaulois puis les Romains. À l’époque romane (Xe – XIIe siècles), est édifié un vaste palais comtal dont les murs de la grande salle, la salle des étuves et la petite chapelle saint Laud sont les seuls vestiges.
    La forteresse est quant à elle construite à partir de 1230, par la régente Blanche de Castille et son jeune fils Saint Louis. Les remparts, long de près d’un demi-kilomètre, scandés de 17 tours de schiste et de calcaire, affirment clairement sa vocation dissuasive.

    le logis royal …

    À la fin du XVIe siècle, pour adapter la forteresse aux progrès de l’artillerie, notamment à l’apparition du canon, les tours ont perdu une vingtaine de mètres et leurs toits en poivrière, donnant au château sa silhouette actuelle.
    Les ducs d’Anjou résident par intermittence dans la forteresse aux XIVe et XVe siècles. Princes fastueux, proches du roi de France, ces ducs sont des bâtisseurs et des amateurs d’art.
    Si Louis 1er d’Anjou modernise le palais comtal et Louis II construit la chapelle, le roi René, quant à lui, édifie le logis royal (1435-1440) ainsi que le châtelet (1450) qui ferme l’ensemble de la cour seigneuriale de manière ostentatoire …

    À cette époque sont disséminées dans les jardins des architectures légères et une extraordinaire ménagerie, rassemblant animaux domestiques et exotiques.
    Cependant, loin de cette vie de cour luxueuse et raffinée, la forteresse a aussi été un lieu de détention pendant sept siècles. En 1661, Fouquet, arrêté à Nantes par d’Artagnan, y a été enfermé et dans la première moitié du XIXe siècle, le château a abrité la prison départementale où se côtoient détenus de droits communs et malades mentaux.
    La forteresse a été utilisée comme casernement jusqu’au milieu du XXe siècle. Le départ de l’armée en 1947 a permis sont ouverture au public et le retour en ses murs de la tenture de l’Apocalypse que le roi René avait léguée à la cathédrale d’Angers.

    L’enceinte abrite des jardins remarquables par leur très grande diversité : le jardin régulier planté de buis et d’ifs, la vigne, le potager, la roseraie, le jardin d’hortensias du logis royal, le jardin suspendu et ses plantes médicinales, tinctoriales ou représentées sur la tapisserie de l’Apocalypse …
    Le château d’Angers apparaît donc comme un site très riche, constitué de vestiges archéologiques, d’une forteresse royale, de bâtiments ducaux de la fin du Moyen Age et de la tapisserie de l’Apocalypse (), qui, par ses dimensions, son ancienneté et sa technique est un chef d’œuvre unique de l’art médiéval.

       Laissez-moi un petit mot ! … Merci …

  • Journées RV Jardins 1/5 : Manoir de la Groye

    Le manoir de la Groye,  monument historique de XVIe … 

    Saint-Saturnin-sur-Loire 49. Les propriétaires s’investissent pleinement dans l’embellissement de leur manoir …
    C’était un lundi soir, Renaud se souviendra toujours de son premier contact, virtuel mais déterminant, avec le manoir de la Groye, à Saint-Saturnin. « Je n’avais rien de particulier à faire, rapporte cet urbaniste paysagiste. Je me suis connecté sur un site de vente de belles demeures. Et j’ai vu ce manoir inspiré de la Renaissance italienne tardive. Ça a été le coup de cœur, violent. Je n’ai pas dormi pendant trois jours »

    jardins en manoir de la Groye …

    Il en parle alors à son compagnon, Marc : « On s’est dit qu’il fallait le visiter, histoire de nous refroidir complètement ; la manœuvre d’autodissuasion échoue brillamment. On n’arrivait pas à trouver de défaut à ce lieu, avoue-t-il. On en est tombés complètement amoureux. Mais il nous a fallu un an pour nous décider et partir de notre maison de Touraine ». Un an a encore passé et ni l’un ni l’autre ne regrettent leur choix. II faudrait être mesquin. Construit entre 1585 et 1595, classé, l’élégant logis soubassement en schiste dur et moellons, murs en tuffeau, escalier arrondi, tourelle carrée encastrée, est dans un état remarquable. Comme ses dépendances, il a été parfaitement respecté par une restauration remontant au milieu du siècle dernier.

    « Et sans produit phyto, on ne transige pas »
    L’environnement est idyllique. Au loin, on aperçoit la cathédrale d’Angers. De part et d’autre, des champs, des prés et des vignes descendent vers la Loire qui coule à moins d’un kilomètre. Quant à la propriété, à cause du relief, elle est on ne peut plus originale. « Les jardins sont étagés sur trois niveaux, détaille Marc, lui-même architecte. Au milieu, un jardin à la française. Au-dessus, un arboretum et, en contrebas, une prairie, le tout sur cinq hectares. On a commencé par supprimer quelques haies, tailler la glycine qui grimpait jusqu’au toit et des-serrer un peu la végétation ». Désormais, Renaud vit à de-meure à Groye, où il développe une activité de chambres d’hôtes haut de gamme. J’ai décidé d’abandonner la vie parisienne et une certaine reconnaissance sociale », confesse cet ancien conseiller du cabinet de la maire de Paris. Il fut aussi directeur de l’Ecole du paysage du Breuil, à Vincennes. A Saint-Saturnin, l’ouvrage ne manque pas, à tous les étages. D’autant plus que les deux propriétaires ont vraiment envie de faire vivre les lieux par des visites, des expo, voire des concerts. « Je suis en train d’ouvrir l’arboretum tout en y introduisant de nouvelles essences », indique Renaud. Dans la magnifique aussi cour pavée, il a posé des bacs en alu où baignent joyeusement des plantes aquatiques : papyrus, gunnara. Dans la prairie, il a préfiguré des allées et installé une basse-cour abritée par des frondaisons. Et le tout sans aucun produit phyto, ajoute le spécialiste. C’est une démarche sur laquelle on ne transige pas à Paris ». VB – CO : 03/06/2017

       Laissez-moi un petit mot ! … Merci …

  • Petite marche dans la campagne d Anjou …

     Une balade sympathique dans le bocage angevin … 

    La Mission Bocage :
    Mission Bocage est née en décembre 1991 à l’initiative du Comité Régional de Développement Agricole rattaché à la Chambre d’Agriculture de Maine et Loire. L’objectif initial était de faire un état des lieux quantitatif, qualitatif et géographique du bocage .
    Depuis 1991, Mission Bocage a planté plus d’ 1 000 000 d’arbres, et contribue activement à la valorisation de l’arbre champêtre sur le territoire.

     

    Les missions, les activités :
    Mission Bocage concentre son activité sur la participation des arbres champêtres et des haies au développement durable du territoire. Parce que l’arbre n’est plus considéré comme un objet d’agrément, mais comme un formidable outil dont les bénéfices qu’ils apportent à l’homme et à son environnement ont été oublié par notre société contemporaine. La fin de la société d’abondance qui l’avait déconsidéré est aujourd’hui en phase de déclin et laisse place à une société de raison dans laquelle les hommes cherchent à exploiter au mieux les avantages de ces éléments autrefois négligés tels que les arbres champêtres. La multifonctionnalité des arbres champêtres permettent de répondre aux différents enjeux actuels, efficacement et sans surcoûts.

     Les préoccupations contemporaines de préserver les ressources et d’assurer une qualité satisfaisante de l’environnement font de l’arbre un allié de choix. Souvent déconsidéré et mais toujours indispensable à la survie de l’homme, il est en voie de retrouver la reconnaissance qu’il mérite. Ses contributions à l’environnement et aux activités humaines sont tout à fait incontournables : épuration de l’eau, atténuation de l’érosion des sols, production d’énergie renouvelable,  réduction de la pollution atmosphérique par fixation de carbone, amélioration de la qualité des sols agricoles, régulation des excès climatiques …

    L’arbre champêtre est un outil pour les agriculteurs parce qu’il leur permet de protéger les sols agricoles, de contrôler de meilleure façon leur production, de la valoriser d’une meilleure qualité nutritionnelle et de faire des économies sur les intrants chimiques, de plus en plus dénigrés et de moins en moins efficaces. La réintroduction des auxiliaires de culture rentrent dans la logique de l’optimisation des ressources naturelles à disposition, plus tenables économiquement et plus efficace sur le long terme.

       Laissez-moi un petit mot ! … Merci …