• Tourisme à l Île de Majorque par des amis …1/6

    Des amis à Majorque pendant une semaine 1/6 … 

     Autorisé que je suis, je vous livre leurs photos en 6 épisodes … pour vous donner envie …

    Majorque, qui inspira Chopin et Miró, est une île paradisiaque qui attire chaque année des touristes du monde entier au printemps. Pour les fans de petits trains : ne manquez pas le trajet de Palma à Soller parcouru en vieux train historique !
    La capitale de l’archipel, Palma de Majorque, recèle de bien jolies surprises derrière les murs de sa vieille ville.
    Quant à la virevoltante serra de Tramuntana, classée au Patrimoine mondial de l’Unesco, elle envoûte littéralement. Soulignant toute la côte ouest de l’île, elle s’y déverse à grands coups de falaises et de sommets accidentés, culminant jusqu’à plus de 1 000 m au-dessus des eaux.

    Plein de trucs qui montent ou descendent …

    C’est en 1837 que Frédéric Chopin fit la connaissance de George Sand. Entre ces deux êtres que tout séparait naquit une liaison passionnée qui dura neuf ans.
    En 1838, pour tenter de rétablir la santé défaillante de Chopin et soigner son fils Maurice, issu de son mariage avec Casimir Dudevant, George Sand les emmena tous les deux, ainsi que sa fille Solange, sur l’île de Majorque, au sud de l’Espagne. 
    Ils trouvèrent à se loger dans le cadre pittoresque mais insalubre de la Chartreuse de Valldemosa, un ancien monastère à moitié en ruine. Si ce séjour fut profitable à George Sand et à ses enfants …

    … il se transforma en revanche pour Chopin, dont la santé se dégrada rapidement en raison du climat humide de l’île en hiver, en un véritable calvaire : les pluies torrentielles moisissent les murs et les chambres sont presque impossibles à chauffer. Chopin, atteint d’une maladie que l’on n’appelait pas encore « tuberculose », mais « phtisie », dont il mourra en 1849 et que l’on ne savait pas soigner, tousse et crache le sang ; le cadre étrange de la Chartreuse suscite en lui des impressions pénibles et jusqu’à des hallucinations. « Le cloître était pour lui plein de terreurs et de fantômes, écrit George Sand dans ses Mémoires, même quand il se portait bien. Il ne le disait pas et il fallait le deviner. Au retour de mes explorations nocturnes dans les ruines avec mes enfants, je le trouvais, à dix heures du soir, pâle, devant son piano, les yeux hagards et les cheveux comme dressés sur sa tête. Il lui fallait quelques instants pour nous reconnaître. »
    Les habitants de Majorque, effrayés par la maladie de Chopin et prévenus contre George Sand, les tiennent à l’écart…

       Laissez-moi un petit mot ! … Merci …

  • Zitouni à Moto : Collioure / Menton … 4/6

    LITTORAL MOTO TOUR (Marseille/Saint Tropez … 4e étape/6)  

    L’idée était de participer gratuitement au guidon de sa propre moto à une ou plusieurs étapes d’une journée organisée(s) par GORANDO entre Collioure et Menton.

         1 – Collioure/Narbonne (Lundi 06 mars 2017)
         2 – Narbonne/Stes-Maries-de-la-Mer (Mardi 07 mars 2017)
         3 – Stes-Maries-de-la-Mer/Marseille (Mercredi 08 mars 2017)
         4 – Marseille/St-Tropez (Jeudi 09 mars 2017)
         5 – St-Tropez/Antibes (Vendredi 10 mars 2017)
         6 – Antibes/Menton (Samedi 11 mars 2017)

    Zitouni (Fiston) est l’animateur-photographe (diplômé conduite groupes de motards) du LITTORAL MOTO TOUR et rédigera un CARNET DE VOYAGE qui sera publié à l’issue de l’événement.

    Un p’tit tour en mer ? …

     

     

    Une succession de belles routes de crêtes sinueuses et de traversées de forêts odorantes nous ont fait oublier l’urbanisation galopante de la côte (oui, c’est encore possible !) et la circulation infernale des stations balnéaires.

    Finalement nous avons stoppé notre progression à Ramatuelle, moins élitiste que Saint-Tropez où nous nous rendrons demain matin, tôt.

       Laissez-moi un petit mot ! … Merci …

  • Aveyron 2016 : le village d Estaing ~ 2/2

    Estaing, l’un des Plus Beaux Villages de France … 

    Bienvenue à Estaing !
    Estaing, L’un des Plus Beaux Villages de France,
    Estaing, avec ses richesses patrimoniales et historiques,
    Estaing, avec ses festivités et animations diverses,
    Du reposant camping à la relaxante baignade,
    Voilà ce qu’en cette saison 2017, ce village vous invite à découvrir. (dixit la Mairie)

    entrée de l’église …

    Le village, bâti sur la rive droite du Lot, au confluent de cette rivière et de son minuscule affluent la Coussane, a gardé son originalité d’agglomération médiévale, parfaitement conservée, dans ses constructions primitives, particulièrement autour de l’église.
    Le portail de style gothique flamboyant de ce bel édifice du XVe siècle, fait face à l’entrée du château, duquel il est séparé par une placette entourée de maisons des XVIe et XVIIe siècles.
    Cette église du XVe siècle bâtie sur une crypte est dédiée à Saint Fleuret, évêque d’Auvergne, qui, revenant de Rome en 621, s’arrêta à Estaing, et y mourut, peut-être de la peste, après avoir guéri un paralytique. 

    Il est extrêmement vénéré et la célébration de sa fête a lieu tous les premiers dimanches de juillet avec faste.
    Le fleuron de ces festivités religieuses est la procession traditionnelle à laquelle participent tous les habitants du village et qui séduit les touristes de passage. Autour du buste reliquaire de Saint-Fleuret porté sous un dais, on voit défiler 150 personnes costumés : hiérarchie céleste, anges, saints et personnalités  religieuses ou historiques de l’illustre famille d’Estaing ; depuis le mythique chevalier Tristan qui selon une légende aurait sauvé la vie du roi Philippe-Auguste à Bouvines en 1214 jusqu’à l’amiral qui fut le compagnon historique de La Fayette lors de la Guerre d’indépendance des Etats-Unis.
    Les autorités religieuses et civiles de la Ville participent également à cette Procession qui se termine en apothéose par le couronnement symbolique de Saint-Fleuret.
    Le pont gothique bâti au XVIe siècle à l’initiative de l’Evêque François d’Estaing, unit les deux berges du Lot.
    Il est orné, sur le parapet et du côté nord, au milieu de son parcours, par une statue de ce prélat, sculptée d’après le portrait peint conservé à l’évêché de Rodez. Cette effigie fait face à un calvaire en fer forgé, haut d’environ un mètre cinquante, élevé sur l’autre parapet. L’élégance de cette croix a séduit un orfèvre parisien qui demanda et obtint l’autorisation de la reproduire en réduction, et d’en proposer à sa clientèle des miniatures en métal précieux.
    Le Collège, bâtisse remarquable du XVIe  siècle abrite actuellement la mairie du bourg médiéval.

      Laissez-moi un petit mot ! … Merci …

  • Zitouni à Moto : Collioure / Menton … 3/6

    04

    LITTORAL MOTO TOUR (Stes-Maries-de-la-Mer/Marseille… 3e étape/6)  

    L’idée était de participer gratuitement au guidon de sa propre moto à une ou plusieurs étapes d’une journée organisée(s) par GORANDO entre Collioure et Menton.

         1Collioure/Narbonne (Lundi 06 mars 2017)
         2Narbonne/Stes-Maries-de-la-Mer (Mardi 07 mars 2017)
         3Stes-Maries-de-la-Mer/Marseille (Mercredi 08 mars 2017)
         4 – Marseille/St-Tropez (Jeudi 09 mars 2017)
         5 – St-Tropez/Antibes (Vendredi 10 mars 2017)
         6 – Antibes/Menton (Samedi 11 mars 2017)

    Zitouni (Fiston) est l’animateur-photographe (diplômé conduite groupes de motards) du LITTORAL MOTO TOUR et rédigera un CARNET DE VOYAGE qui sera publié à l’issue de l’événement.

    Bonne Mère ! …

    LITTORAL MOTO TOUR

    Randonnée 3 : Des Saintes-Maries-de-la-Mer à Marseille par la côte.

    Je retiendrai de cette journée la circulation anarchique de Marseille… un supplice. Heureusement, au détour de chaque virage en dehors des villes, de nouveaux paysages apparaissent. Souvent grandioses.

    Une bonne fatigue commence à se faire sentir également après déjà 1500 kilomètres parcourus pour moi, venant d’Angers … et le mal aux fesses qui va avec !

    Les voyageurs visitent la ville portuaire de Marseille, la troisième ville de France, pour son mélange de style et de tradition. La baie, entourée par le fort Saint-Nicolas et le fort Saint-Jean abrite le château d’If, connu grâce au Comte de Monte-Cristo. Dominées par la basilique Notre-Dame-de-la-Garde, les zones piétonnes et commerçantes de la ville (y compris le quartier franco-africain) se mêlent aux sites historiques.

      Laissez-moi un petit mot ! … Merci …

  • Zitouni en Thaïlande : RAID THAÏ 2017 – jour 10

    Aujourd’hui a été une journée exceptionnelle … 

    Au départ de Chiang Rai, il fait beau et la température est agréable.
    Dès la sortie de la ville, sans charme, nous trouvons rapidement une première piste. Elle nous mène au nord-ouest. C’est parfait, le soleil est derrière nous, la lumière sur les vallons est superbe.
    Au sortir d’une courbe, dans une plantation de thé, un sentier part à gauche. Il est détrempé par l’arrosage, en forte pente ascendante et notre GPS nous indique que c’est là que nous devons aller alors… allons-y !
    Durant une bonne partie de la matinée nous allons sillonner des chemins et des sentiers très peu empruntés par les locaux, pour certains laissés à l’abandon mais pour tous remplis de pièges. Souvent dessinés sur les crêtes, ils demeurent très pentus tant les montagnes sont escarpées. Ils réclament un bon bagage en tout-terrain, c’est sûr.
    Vers 10h nous faisons une longue pause dans un camp d’éléphants. Peu d’agitation ici. Quelques éléphants partent en balade, 2 autres partent au bain dans la rivière.

     

    Il est 12h30 lorsque nous atteignons le village dans lequel j’avais passé la nuit il y a 8 ans, lorsque je m’étais rendu (avec 3 copains dont Serge, le beau-frère de Bruno) pour la première fois en Thaïlande. J’étais passé tout près lors de mon second raid en 2013 (avec 4 autres copains) mais je n’avais pas pu mener à bien la « mission » que je m’étais fixée : retrouver la famille qui nous avait hébergés et lui remettre quelques photographies prises à l’époque.
    C’est chose faite !
    Après avoir stationné nos motos, j’ai sorti les photos de mon sac et immédiatement je me suis dirigé vers des femmes susceptibles d’y reconnaître des visages. Bingo ! Une femme du village me guide jusqu’à la maison des thaïlandais qui nous avaient reçus.

    En contre-bas de la piste, près d’une grande maison de bois, je vois le chef de famille presque courir vers moi, avec un large sourire aux lèvres et joignant ses mains devant son buste pour me saluer et me souhaiter la bienvenue. Il a été prévenu de mon arrivée.
    Intense émotion, de part et d’autre.
    Je le salue à mon tour et lui serre la main. Immédiatement il invite le groupe à pénétrer dans sa maison. Après nous être déchaussés, nous rentrons dans cette grande bâtisse de planches, bien plus cossue que celle que j’avais gardée en mémoire.

    L’homme parvient à me faire comprendre que sa femme est à plus de 3h de piste, tout en nous servant un verre d’eau. Je suis triste de ne pas pouvoir la saluer. Cette femme avait la classe. C’est elle qui s’était spontanément proposée de nous héberger.
    Après quelques photos, nous reprenons la route. Un vraiment chouette moment.
    Après avoir franchi un pont suspendu, nous décidons de déjeuner dans le premier restaurant de bord de piste qui se présente. Il n’y a pas grand-chose à manger, mais ça ira.
    Un petit tour au magasin d’à côté pour acheter les boissons fraîches et zou !
    Tout l’après-midi nous aurons droit au même traitement que ce matin : des pistes exigeantes et sublimes.
    Vers 16h nous atteignons notre ville étape, Doi Mae Salong.
    Un gigantesque marché très animé occupe le carrefour central.
    C’est le Nouvel An chinois… et comme des chinois, il y en a plein le secteur, nous avons droit au bruit et à la débauche de pacotilles colorées qui vont avec.
    Depuis notre départ de Chiang Mai, je constate avec regret que le développement du pays s’accompagne aussi d’une perte d’authenticité. Cela vaut pour les pistes moins nombreuses, pour les habitations de bambou presque toutes disparues et enfin pour les traditions perverties par le modernisme, le tourisme et, il faut bien le reconnaître, par l’invasion chinoise.
    Nous dormirons dans le même hôtel que celui que j’avais retenu lors de mes précédents voyages. Là, il est en travaux mais des chambres sont disponibles.
    Demain sera encore une grosse journée, donc je vous dis bonne nuit ! … Zitouni et sa bande.

      Laissez-moi un petit mot ! … Merci …

  • Aveyron 2016 : le village d Estaing ~ 1/2

    Estaing, l’un des Plus Beaux Villages de France … 

    Bienvenue à Estaing !
    Estaing, L’un des Plus Beaux Villages de France,
    Estaing, avec ses richesses patrimoniales et historiques,
    Estaing, avec ses festivités et animations diverses,
    Du reposant camping à la relaxante baignade,
    Voilà ce qu’en cette saison 2017, ce village vous invite à découvrir. (dixit la Mairie)

    Sur le pont traversant le Lot et devant sa majesté …


    Demeure de l’illustre famille d’Estaing qui donna à l’histoire du Rouergue et à celle de France de nombreux personnages, militaires et religieux. On peut citer, parmi les plus illustres, Tristan d’Estaing, héros de la bataille de Bouvines, le Cardinal Pierre d’Estaing, François, évêque de Rodez et Charles-Henri, Amiral, commandant de la flotte française envoyée pour soutenir la guerre d’Indépendance des Etats-Unis.
    En 1794, l’édifice, confisqué et morcelé, est vendu par l’Etat comme bien national. À partir de 1836, le château devient la maison mère de la Congrégation religieuse Saint-Joseph d’Estaing avant d’être cédé à la commune d’Estaing en 2000.

    Le château est constitué de bâtiments de hauteurs différentes organisés autour d’une terrasse. Il est composé de plusieurs bâtiments des xve siècle, xvie siècle et xviie siècle construits autour d’un ancien donjon carré dont le sommet est cantonné de cinq tourelles et d’une couverture en forme de lanterne et d’une terrasse qui domine le Lot. Le pavillon d’entrée, le château et les terrasses sont les parties classées monument historique.
    Une nouvelle chapelle a été construite au xxe siècle à côté de celles des seigneurs d’Estaing datant du xve siècle.
    Classé Monument Historique en 1945, l’édifice devient en 2005 la propriété de la SCI du Château d’Estaing constituée par Valéry Giscard d’Estaing.
    Des travaux de restauration sont en cours afin de redonner à l’édifice son aspect d’origine et en faire un lieu de souvenirs.

      Laissez-moi un petit mot ! … Merci …

  • Zitouni en Thaïlande : RAID THAÏ 2017 – jour 9

    UU

    Une très bonne journée de roulage aujourd’hui : 230 km … 

    Nous quittons sans regret la ville de Fang ce matin, très moche, direction plein ouest pour une première boucle qui, sur Google Earth était prometteuse mais qui, au final, s’est avérée très moyenne.
    La faute au béton qui remplace inexorablement la terre rouge des pistes. Mais là, ce qui est rageant c’est que cet axe maintenant bétonné ne sert visiblement qu’à accéder à une résidence Royale, tout là-haut, dans la montagne. La végétation commence à grignoter la chaussée.
    Seuls points d’intérêt : Une petite cascade et le point de vue depuis l’héliport de la résidence. C’est maigre.

    Ça monte … et ça descend ! …

    Nous ne nous attarderons donc pas dans le coin, d’autant moins que quelques nuages bien gris font descendre sensiblement la température et la luminosité.
    Nous redescendons dans la vallée pour, tout de suite,17 remonter de l’autre côté vers l’est.
    Une interminable piste nous attend, faite de pièges que nous prenons plaisir à éviter. Du single bien gras à la piste extra-large et damée n’attendant que la bétonnière, tout n’est que pur bonheur pour nous.

    Nous déjeunons dans un petit village d’altitude puis rebelote, à nouveau des dizaines de kilomètres de sentiers et de chemins.

    Un long moment nous allons longer une rivière saupoudrée de gros blocs de rochers. Superbe.
    Un peu plus loin Luc s’arrête au niveau de ce qui semble être un enchevêtrement de jeune thaï et de mobylette, un peu à la façon d’une concrétion du sculpteur César.
    Le jeune thaï, avec un bon coup dans le nez et une haleine de buffle s’en est mis une bonne dans une grosse descente en voulant éviter un poulet inconscient qui avait entrepris de traverser la chaussée en béton.

    Tout chiffonné sous son scooter après avoir maladroitement voulu épargner le bestiau, l’homme nous a vu arriver avec soulagement je pense.
    Le poulet, lui, ne verra plus jamais rien… sauf le wok qui le fera cuire !
    Il a fallu tout d’abord séparer la viande de la ferraille, ramasser les morceaux, béquiller la mobylette et faire asseoir le blessé.
    Plus de peur que de mal, apparemment. La peau un peu « pizza », c’est tout. Il s’en sort mieux que le poulet.
    La femme qui vient de récupérer le poulet déjà moitié « plumé-vidé » vient sermonner le cyclomotoriste, toujours dans le cirage.
    Nous restons encore quelques minutes, le temps que ses neurones se reconnectent et nous reprenons la route.
    Vers 16h nous sommes rendus à destination – Chiang Rai – notre ville étape.
    Ce soir, c’est Luc qui gère le choix de l’hôtel et du restaurant.
    Voilà pour aujourd’hui.
    La suite… demain … Zitouni et sa bande. 

      Laissez-moi un petit mot ! … Merci …

  • Zitouni à Moto : Collioure / Menton … 2/6

    LITTORAL MOTO TOUR (Narbonne / Stes-Maries / Mer… 2e étape/6)  

    L’idée était de participer gratuitement au guidon de sa propre moto à une ou plusieurs étapes d’une journée organisée(s) par GORANDO entre Collioure et Menton.

         1Collioure/Narbonne (Lundi 06 mars 2017)
         2Narbonne/Stes-Maries-de-la-Mer (Mardi 07 mars 2017)
         3 – Stes-Maries-de-la-Mer/Marseille (Mercredi 08 mars 2017)
         4 – Marseille/St-Tropez (Jeudi 09 mars 2017)
         5 – St-Tropez/Antibes (Vendredi 10 mars 2017)
         6 – Antibes/Menton (Samedi 11 mars 2017)

    Zitouni (Fiston) est l’animateur-photographe (diplômé conduite groupes de motards) du LITTORAL MOTO TOUR et rédigera un CARNET DE VOYAGE qui sera publié à l’issue de l’événement.

    entrée au port de Sète …

    LITTORAL MOTO TOUR [étape 2]

    Randonnée 2 :
    De Narbonne aux Saintes-Maries-de-la-Mer par la côte.
    Un ciel gris… sauf à Sète, le temps d’un déjeuner sur le vieux port.

    Du beau et du moins beau… comme à la Grande-Motte où je n’étais jamais allé et où … je ne retournerai jamais !
    A partir de demain nous devrions retrouver des paysages sympathiques comme au premier jour de LITTORAL MOTO TOUR. Hâte…

    En attendant, le groupe grossit doucement et ça, c’est cool !

     clic!

    Zitouni au Chili à San Pedro de Atacama … visite de la valle de la Luna

      Laissez-moi un petit mot ! … Merci …

  • Aveyron 2016 : Espalion ~ 1/2

    La ville d’Espalion s’est développée sur les rives du Lot … 

    Le Lot long de 480 km et affluent de la Garonne. On peut remarquer sur les coteaux les anciennes terrasses autrefois plantées de vignes et arbres fruitiers.
    Espalion, situé sur l’un des grands chemins du pèlerinage de St Jacques de Compostelle (la Via Podensis aujourd’hui leGR65 ), partant du Puy en Velay et passant par Conques pour aller en direction de Santigo de Compostella en Espagne.

    l’église paroissiale …

    La ville…

    Au coeur de la Vallée du Lot, la ville d’Espalion vous accueille avec ses monuments de différentes époques.
    Nous avons porté notre attention sur les suivants :  :

    • le Pont-Vieux

    • la place du Griffoul

    • le Vieux-Palais

    • l’ancienne église Saint-Jean

    • l’église paroissiale

    • le Château de Calmont d’Olt

    • l’église de Perse

    Et d’autres que nous n’avons pas eu le temps de visiter ! …

    Espalion, cité-carrefour de l’Aveyron (un des plus beaux villages de France)
    Espalion principale cité-carrefour du Nord Aveyron, est le passage incontournable de nombreux touristes et aveyronnais souhaitant rejoindre la vallée du Lot ou accéder au plateau de l’Aubrac.
    Située au centre du triangle Toulouse, Clermont-Ferrand, Montpellier, la ville d’Espalion bénéficie d’une situation privilégiée dans le Nord-Aveyron .
    Traversée d’Est en Ouest par le Lot qui prend sa source au Mont Lozère et se jette dans la Garonne, et s’étale dans la vallée et les vallons alentours, escaladant d’un côté les pentes des Monts d’Aubrac et débordant de l’autre sur le plateau des Causses.
    De par sa situation géographique et ses nombreuses activités commerciales, artisanales et administratives, Espalion se veut d’être le « poumon économique » du Haut Rouergue.
    Espalion, cité symbole de la douceur de vivre, est aussi appelé « premier sourire du midi ».
    Nous n’avons pas résisté à visiter la ville d’Espalion.

      Laissez-moi un petit mot ! … Merci …

  • Zitouni en Thaïlande : RAID THAÏ 2017 – jour 8

    Une huitième journée pleine de bonnes surprises … 

    Au moment de quitter notre hôtel ce matin, le patron nous demande s’il peut faire une photo de nous en tenues crasseuses, sur nos montures poussiéreuses et – comme les pilotes – un peu froissées après plusieurs jours de raid, il faut bien le reconnaître. Pas de problème.
    L’hôtel est situé sur les hauteurs de Chiang Dao. Le ciel est bleu, il fait déjà suffisamment chaud pour que Luc renonce à mettre le pull léger qu’il persiste à porter pour quelques minutes seulement chaque jour sous son maillot cross bariolé et qu’il est obligé de retirer rapidement tant la température monte vite.
    Cette fois, il aurait peut-être dû le garder. Un brouillard épais et glaçant a envahi la vallée. C’est ainsi qu’à la vue des nuages sombres qui sont accrochés à la montagne, pile à l’endroit où nous devions effectuer une première boucle, nous décidons de renoncer à nous y aventurer.
    La ville de Chiang Dao n’est pas très jolie, tout comme les autres villes positionnées sur les grands axes sud-nord qui convergent vers le Triangle d’Or. La circulation y est plutôt anarchique. C’est du « chacun pour soi »… mais sans un seul coup de klaxon et sans énervement. Mais comment font-ils ? Mieux que nous, assurément.
    Comme à chaque fois, nous prenons rapidement de l’altitude pour gagner une première piste. Ça commence doucement, comme à chaque fois, et ça se complique, comme à chaque fois aussi.

    le destrier recherche le frais …

    Des bananiers qui sentent mauvais …

     

    C’est Bruno qui guide et qui « jardine ». La petitesse de son écran GPS conjuguée à un fond de carte pas très contrasté en teintes fait qu’à plusieurs reprises nous devons improviser pour retrouver la trace. Pas grave ! au contraire, c’est amusant le hors-piste.
    Un peu de single track par-ci, un peu de piste de latérite par-là et du plaisir partout.
    Nous serpentons ainsi un long moment entre les plantations d’agrumes. Le paysage est très différent de ce que nous avons pu voir jusqu’à maintenant. Les montagnes se dénudent et de belles falaises aux teintes rougeoyantes se laissent volontiers photographier. La nature se fait belle sous le soleil qui s’élève derrière nous. Nous profitons d’une extraordinaire lumière. Le brouillard, nous l’avons laissé sans regret derrière nous également.
    En milieu de matinée, pour une fois, nous nous accordons une longue pause dans un petit magasin-bar en bordure de route.
    Puis c’est reparti.
    Sur une bonne douzaine de kilomètres nous allons sillonner les chemins ruraux qui desservent les rizières et les cultures maraîchères (pomme-de-terre, oignon, mais, herbes et bananiers …)

    Une nouvelle pause s’impose. Normal, il est midi.
    Près d’un marché couvert où, en plus des marchands de légumes et de fruits les étales de poissons d’eau douce concurrencent celles des vendeurs de viande – tout ça à même la paillasse et sans frigo, juste sous le tourniquet à sacs plastique qui en théorie doit réussir à chasser les mouches – nous déjeunons tranquillement dans petit restaurant traditionnel. Très, tranquillement !
    Vers 14h, le ventre plein, nous gagnons les sommets pour aller flirter une seconde fois avec la frontière du Myanmar.
    A l’ombre des montagnes, il fait super froid !
    Peu avant le village touristique de Doi Ang Khang où se trouve le parc floral Royal très réputé (préservation des végétaux), nous bifurquons à gauche dans un single track d’anthologie !
    Ce sentier très étroit et à flanc de ravin est certainement utilisé par les marchands qui commercent avec ceux du pays voisin (contrebande ?) et les paysans qui vont cultiver leurs champs.
    Des pierres saillantes, des souches, des grimpettes, des descentes, des slaloms entre les rochers qui refusent de nous laisser passer sans avoir bien sué… et ce sol, tout en creux et bosses (pas des « chevaux de fret »)… Gros coup de chaud, et gros kiff !
    Dommage que Gwendal se soit fait un peu mal au dos en voulant relever seul sa moto tombée dans les cailloux ! Il n’a pas eu la patience de m’attendre, ce bougre.
    Du coup, à Doi Ang Khang… une nouvelle bonne pause s’impose.
    Luc fait des emplettes (chuttt !) pendant que nous… ben on fait rien.
    16H30.
    Il est temps de reprendre la piste. Raté. Le sentier que j’avais emprunté il y a 4 ans s’est refermé, recouvert par les broussailles. Il est devenu impraticable.
    Je cale mon GPS sur Fang, notre ville-étape de ce soir.
    Nous faisons quelques kilomètres. La route vient lécher de trop près la frontière avec le Myanmar située quelques centaines de mètres plus à gauche. Nous nous faisons refouler par les militaires !
    C’est pas de chance. La route virait à droite à moins de 2 kilomètres pour s’écarter définitivement de la frontière !
    Demi-tour, petit passage à la « bouteille à essence » – pas plus d’un litre par moto vu le prix -, recalage du GPS, re-froid polaire dans la descente vers la ville.
    Notre hôtel de ce soir est comme la ville de Fang : moche.
    Mais nous arrivons à capter la Wifi gratuite du coin ! Donc tout ne va pas si mal…
    23h30.
    Je vais me coucher. A demain, Zitouni et sa bande. 

    PS : Zitouni est en ce moment en Amérique du Sud pour un périple de plusieurs milliers de kilomètres


    Chili, Argentine, Bolivie et Pérou … ce voyage par étape en juin sur ce blog

      Laissez-moi un commentaire ! … Merci …