• Zitouni et Seb … Amérique du Sud … 3/27 étapes

     6700 km A.Sud … Zitouni nous raconte ~ Mendoza / Villa Union … 

    Bon, on va pas se mentir et même si les photos peuvent éventuellement vous faire rêver un peu… la journée a été assez moyenne côté choses à voir et choses à faire. Mais ça, on le savait. Dans tout long voyage il y a une journée au moins pas terrible. Ben c’est fait. C’était aujourd’hui et c’était la journée de liaison du trip.
    On va positiver quand même. L’Argentine regorge de curiosités.
    Au départ de Mendoza ce matin et après avoir fait un stop and go au distributeur de liasses de billets (on avait zappé l’affaire hier soir et, au moment de payer le dîner, nous n’avions que des sous chiliens en poche ! Heureusement, nous étions au restaurant de l’hôtel et nous avons pu mettre ça sur la note de la nuitée et régler par CB ce matin), après avoir fait le plein de gazolina 93 aussi, nous nous sommes enfoncés dans le nuage de pollution qui couvre la périphérie de la ville pour n’en ressortir que 50 kilomètres plus loin, là-même où disparaissent les vignobles évoqués hier.
    Les longs bouts de droits qui vont nous mener à San Juan tout d’abord ne nous laisserons aucun souvenir marquant sauf, peut-être, celui des chaussées rainurées. En fait, les poids lourds qui passent sur cette route ont tellement creusé leurs « sillons » que les bas de caisses des voitures commençaient à racler le bitume, au milieu de la voie. Du coup, plutôt que de refaire la route, la DDE du coin a choisi de rogner le bitume au centre… ça se défend…

    Le véhicule de location des Seb et Zitouni ! ? …

    terrrrrible la grimpette !

    Les paysages sont arides. Les cactus sont partout. Dans cette hacienda délabrée, j’ai bien cru voir Zorro ?! Claire – ma moitié à qui je souhaite un bon anniversaire de mariage (28 ans !) – y aurait sans doute vu plus sûrement Antonio Banderas !
    En arrivant à San Juan, vers midi, nous nous sommes mis en quête d’un bon restaurant typique. Ben en fait non, pas un. Je repère quand même un restau-bar ouvert… nous y dégusterons un sandwich jambon beurre arrosé de soda. Misère !
    Il est vrai que les villes ne sont vraiment pas accueillantes. Et les faubourgs, encore moins. Avec notre belle voiture chilienne … ça craindrait vite je pense … 

    Le loueur nous a bien dit de ne rien laisser d’apparent dans l’habitacle, de ne pas s’éloigner du véhicule et de stationner la nuit dans un parking sécurisé. Pas rassurant tout ça … On va faire gaffe et ne surtout ne pas prendre de risque et tout ira bien.
    Jusqu’à 40 kilomètres avant Villa Union, nous allons « whoopser » sans cesse. Comme nous roulons à cet endroit sur un immense plateau sec, rocailleux et chaud (il a fait jusqu’à 32°C), d’innombrables « oueds » se sont formés durant les gros orages et la DDE a dû – encore elle – donner du creux au ruban d’asphalte pour laisser à l’eau qui déboule la priorité au moment de traverser la chaussée. C’est qu’on attraperait vite mal au cœur !
    Les 40 derniers kilomètres vont être un régal pour les yeux. Il était temps !
    Ça commence par ce panneau… C’est une blague ou quoi ?!
    Ensuite, sur quelques centaines de mètres, de jolies dunes se faufilent entre les buissons qui piquent.
    Plus loin encore, les roches jouent avec les couleurs…
    Le totem façon Route 66 (USA) qui indique Villa Union confirme la sensation que nous avons globalement eue toute la journée, à savoir que cette étape ressemblait comme « 2 grains de sable » aux routes du désert américain. Les Subway en moins et ça… ça manque ! Tout comme les stations essence, très peu nombreuses ici.
    Finalement, cette journée n’était pas si mal…
    Nous avons repéré une bonne boîte à bouffe bien d’ici pour aller se goinfrer ce soir.
    Donc à +, Seb et Zitouni

    Bonus
    Hier soir, le restaurant était top !
    Demi-poulet aux petits légumes croquants et à sa sauce à l’huile d’olives du coin pour moi, ravioles au boeuf et à sa sauce tomate maison tombée sur le pantalon pour Seb.
    Super bon repas, arrosé d’un litre de bière locale. Ils sont des nôôôtres
    ♪♫♪♫♪♫♪♫♪♫
    Le samedi soir, à Villa Union, il y a du « gros son » ! Jusqu’à pas d’heure.
    Et les basses sont tellements fortes qu’elles font trembler les tôles de la toiture de notre motel.
    Quelle ambiance, et quelle demi-nuit !

       Laissez-moi pour eux un petit mot ! … Merci …

  • Tourisme à l Île de Majorque par des amis …4/6

     Autorisé que je suis, je vous livre leurs photos en 6 épisodes … 
    pour vous donner envie …
      

    Calobra via Inca et le col du Roy puis croisière vers Porto Soller

    Sa Calobra est un petit village dans la Escorca commune sur la côte nord-ouest des Baléares de Majorque . Le village de port est une destination populaire pour les voyages en autocar et les cyclistes de route et est accessible par une seule route sinueuse, conçu par l’ ingénieur italien Antonio Parietti , qui comporte de nombreux virages en épingle à cheveux et un pont en spirale. La montée est officiellement le Coll del Reis ou le Col de Cal Reis, mais il est souvent désigné par le nom du village à sa base.

    Village de Colobra …

     Aller à Sa Colabra en pleine période touristique peut être l’enfer dans ce petit bout de paradis. La crique de Sa Colabra est sublime, aux eaux vert et bleu. Les alentours sont tout aussi beaux et sûrement moins peuplés ! La route qui descend à Sa Colabra est l’une des plus belles de l’île : elle offre en permanence des vues plongeantes sur la mer.
    Sa Calobra depuis Port de Sóller à Majorque
    La plage de Sa Calobra est un lieu très prisé par les touristes mais cela peut largement s’expliquer par la beauté et l’originalité de ce site marqué par les reliefs et la clarté des eaux couleur « carte postale ».

    SA CALOBRA À DÉCOUVRIR
    Bien entendu la plage est magnifique, très étriquée et surmontée par des falaises, baignée par des eaux turquoises au nord et rejointe côté sud dans une grande anse par le Torrent de Pareis (beaucoup d’espace et de relief qui viennent contrebalancer avec la plage étroite). Le port de Sa Calobra débouche également sur une petite crique plutôt appréciable.
    Le chemin pour vous rendre à Sa Calobra en met également plein les yeux que ce soit par la route jonchée de points d’observation ou par la mer le long du récif nord de Majorque depuis Port de Sóller. Si on opte pour cette seconde option elle offre la possibilité de descendre à Cala Tuent, une plage plus sauvage et moins fréquentée que Sa Calobra.

       Laissez-moi un petit mot ! … Merci …

  • Zitouni et Seb … Amérique du Sud … 2/27 étapes

    6700 km A.Sud … Zitouni nous raconte ~ Santiago / Mendoza … 

    C’est classique, avec le décalage horaire, nous étions réveillés tôt ce matin.
    Debout à 6h30, au petit déjeuner à 8h00 et dans la voiture à 8h45.
    Sortir de Santiago n’aura pas été simple. Une heure de bouchon au moins. La route s’est ensuite libérée dès que nous avons pris de l’altitude, plein Est. Beaucoup de camions poussifs tout de même… et donc beaucoup de dépassements de lignes jaunes aussi pour ne pas rester derrière à respirer les fumées d’échappements. Mais bon, si les chiliens et les argentins le font, c’est que ça doit être autorisé, non ? ! La route serpente de plus en plus à l’approche du tunnel-frontière. J’avais repéré une belle piste qui devait nous faire passer par le col frontalier pour l’éviter mais elle était bouchée. Un renard tout pouilleux en gardait l’entrée. Il ne méritait pas une photo, tellement il faisait pitié à voir. Donc nous avons emprunté le tunnel, sans charme mais situé à 3585m quand même (point d’entrée, côté Chili).
    Les 2 photos avec des sommets enneigés correspondent à une vue juste avant côté Chili et à une vue juste après le tunnel, côté Argentine.

    La route aux mille lacets …

    Le passage de la frontière argentine n’aura pas été plaisant. Nous y sommes restés plus de 2h30 ! ! !
    D’abord en plein soleil ( j’ai ressenti une secousse sismique à ce moment là… juste assez puissante pour faire bouger légèrement la voiture. Sans doute était-ce une réplique du séisme de Valparaiso du début de la semaine …), puis dans une sorte de hangar où beaucoup de militaires et de douaniers s’agitaient sans grande efficacité. Nous n’avons pas bien compris le pourquoi du comment de tous les contrôles et de la dizaine de tampons sur nos passeports et nos documents rattachés à la voiture.
    Dans notre descente vers Mendoza nous avons fait une pause photo au Puente del Inca. Un site touristique très curieux.

    Alors qu’un rio dévale la montagne, il est rejoint là par une source aux eaux sûrement pas bonnes à boire vue les dépôts jaunâtres qui colorent la roche. Une grande arche de pierre a donné son nom au site, classé Patrimoine Naturel …
    Plus bas, j’avais prévu de faire un arrêt près d’un joli pont ancien en pierre. Pas de chance, il a été emporté par le torrent. Décidément…
    Autre curiosité, ce tas d’ordures… qui n’en est pas un !
    Cet amas de bouteilles en plastique remplies d’eau… Et bien ce sont des offrandes à la Difunta Corréa ~ Jean-Marc, tu nous fais un mémo là-dessus stp ? (*).
    Les figurines, dans la petite niche, sont rigolotes à voir aussi.
    Quelques dizaines de kilomètres avant d’arriver à Mendoza, nous traversons une plaine viticole. Sûrement des vins réputés à voir les chais à l’architecture futuriste qui se font concurrence ici. Les pieds de vigne ne risquent pas le gel comme en France, biens protégés qu’ils sont sous un épais nuage de pollution venant du complexe pétrochimique qu’on peut voir au beau milieu de la zone… Je regarderai à deux fois les étiquettes de pinard argentin à partir d’aujourd’hui…
    Notre hôtel, qui ne paye pas de mine est super bien équipé. Sébastien se perdrait presque dans la salle de bain !
    Voilà pour aujourd’hui … A demain peut-être … Seb et Zitouni

    (*)  Réponse de Jean-Marc : Salut Seb et Olivier et les autres …
    Et bien voilà le topo sur la difunte Correa:
    Difunta Correa,  de son vrai nom Deolinda Correa,  était une brave fille qui suivait son mari dans ses pérégrinations pour lui porter ses packs de Kronenbourg. Quand la réserve s’est épuisée, elle est morte de soif avec son nourrisson dans les bras. De toute façon, elle servait plus à rien. Depuis, c’est-à-dire depuis le XIX siècle, les muletiers d’hier et les chauffeurs d’aujourd’hui lui offrent … de l’eau.  Le nourrisson, lui, a survécu.  Il a voyagé en Europe pour fonder la distillerie  Heinneken, ou peut-être bien Guiness.
    C’est bien, les légendes. Elles sont toutes aussi sympathiques les unes que les autres quelques soient les latitudes avec le meilleur rôle pour les filles … Jean-Marc

       Laissez-leur un petit mot ! … Merci …

  • Tourisme à l Île de Majorque par des amis …3/6

     Autorisé que je suis, je vous livre leurs photos en 6 épisodes … 
    pour vous donner envie …
     

    Route de la Corniche d’Andratx à Sóller
    Préservée par un relief abrupt, cette région de la côte nord-ouest de Majorque a su garder une délicieuse authenticité. Un balcon sur la Méditerranée, bordé d’oliviers, d’orangers, de criques turquoise et de villages pittoresques.
    «Tout ce que le poète et le peintre peuvent rêver, la nature l’a créé en cet endroit». «George Sand, nous l’adorons, c’est la meilleure ambassadrice de Majorque de tous les temps, c’est elle qui a fait découvrir notre île aux voyageurs et c’est elle qui chante le mieux les beautés naturelles de la côte nord ; cette autre Majorque» Une «autre Majorque», épargnée des constructions à outrance et d’une l’hôtellerie de masse tant détestées.

    Route de la Corniche d’Andratx à Sóller …

    La ferme de Esporles

    La Granja de Esporles est un beau et vaste manoir du Xe siècle entouré d’une végétation luxuriante, de beaux et vastes jardins et de fontaines naturelles avec leurs bassins.
    Mais c’est aussi un domaine agricole, une « finca », converti en musée ethnographique où les visiteurs peuvent découvrir les coutumes de la Majorque d’autrefois.

    Cette finca a été au cœur de la vie majorquine depuis le Xe siècle, et elle présente un mélange de styles majestueux et rustique, parce que, bien qu’utilisée comme résidence, c’était également un domaine consacré à la production agricole qui eut plus de cent ouvriers en même temps.

     … C’est ce qui donne un charme inexplicable à ce vieux bâtiment bien conservé, qui possède un style qui lui est propre, mais possède en même temps les éléments les plus décisifs du riche passé culturel de l’île.
    La Granja de Esporles est une véritable exposition vivante des coutumes majorquines à travers les âges : elle illustre et reconstitue cette vie d’autrefois, avec ses maisons abritant objets, mobiliers et vêtements d’époque, un musée artisanal présentant les instruments des métiers traditionnels, et même une ancienne prison avec sa chambre de torture …
    La visite permet de découvrir tous les métiers liés aux activités d’une ferme : une teinturerie, une petite cuisine à confitures, un moulin à huile, une forge, un atelier de tourneur sur bois et de charpentier, des bougies, la poterie, le tissage, la dentelle !
    Dans le jardin, fontaines, cascades, grande variété de fleurs et d’arbres, nombreux oiseaux et animaux de la ferme, y compris le fameux cochon noir de Majorque.
    Des spectacles folkloriques y sont organisés tout au long de l’année afin de faire découvrir aux touristes les traditions, chants traditionnels majorquins et danses folkloriques majorquines en costumes d’époque.

       Laissez-moi un petit mot ! … Merci …

  • Zitouni et Seb … Amérique du Sud … 1/27 étapes

     6700 km en Amérique du Sud … Zitouni nous raconte … 

    Seb et moi sommes à nouveau sur les routes et les pistes. (27/04/ au 26/05/2017)
    Cette fois, à nous l’Amérique du Sud ! Nous allons visiter (durant 1 mois au total) 3 pays : Le Chili, l’Argentine et le Pérou.
    Si la connexion Internet le permet, chaque jour, je rédigerai une chronique anecdotique de notre voyage.
    Ne paniquez pas si, un jour, vous n’avez pas de nouvelles !
    Pub ! Pour ceux qui n’ont pas eu l’info, sachez qu’au retour de mon raid moto en Thaïlande de fin janvier 2017 j’ai rédigé un carnet de voyage qui peut être lu ici : 
    https://goo.gl/NY7drt

    Zitouni et Seb … Seb sur un lac salé … Jeune péruvienne “amoureuse” de Seb … la Mano del Desierto en fond d’image

    27/04/17_ JOUR 1 – Paris/Santiago du Chili
    Nous avons décollé de Paris mercredi à 23h40.
    14h35 de vol direct étaient au menu !
    Nous appréhendions un peu la durée de ce voyage mais finalement, ça aura été, pour Seb et moi, le vol à la fois le plus long et le plus reposant que nous ayons eu à faire jusqu’à présent. L’avion était à moitié vide !
    Nous avons pu ainsi nous étaler sur les rangées de sièges libres, tels les Lions de Mer sur les plages de la Pacific Highway au sud de Monterey (Californie), l’odeur et le gras en moins.
    Il est 9h15 lorsque nous posons les pieds sur le sol chilien, à Santiago. L’avion vient de faire une descente vertigineuse de près de 10.000m en une vingtaine de minutes, après avoir léché les sommets de la chaîne montagneuse.

    Nous avions interdiction de bouger de notre siège et à plusieurs reprises, nous avons été invités par le commandant de bord à serrer notre ceinture de sécurité. Glurps !
    Le thermomètre affiche 19°C au sortir de l’aéroport.
    La prise en compte de notre Hyundai Sedan se fait rapidement. Après un comptage en règle des trous, des bosses et des rayures, après la vérification des 4 pneus, de la roue de secours et des outils qui vont avec… zou !, direction le centre-ville pollué !
    Arrivés à l’hôtel Panamericano, la chambre que nous avions eu tant de mal à réserver parce que, soit-disant elle était adaptée au handicap… ne l’était finalement pas.
    On fera avec… et que l’aventure commence !
    Ce soir, nous n’allons pas bouger, pour être en forme demain.
    Au menu : une première traversée de la Cordillère des Andes avant de plonger vers Mendoza, en Argentine. Goooood !
    La suite dès que … Seb et Zitouni

       Laissez-moi un petit mot ! … Merci …

  • Tourisme à l Île de Majorque par des amis …2/6

    Autorisé que je suis, je vous livre leurs photos en 6 épisodes …
    pour vous donner envie …
     

    La résidence royale de Jacques II.
    Le château, de style gothique, se dresse au somment d’une colline.
    Le château de Bellver a multiplié les usages au cours de l’histoire. Le roi Jacques II le fit construire en tant que résidence royale. Au XIXe siècle il fut converti en fabrique de monnaie. Sa structure circulaire est caractéristique. Elle possède trois grandes tours et un donjon divisé en quatre étages. L’intérieur du château renferme une cour d’armes sur deux étages et une cour intérieure construite autour d’un puits. Le deuxième étage abrite une chapelle.

     Le château de Bellver …

    Un joyau de l’art gothique tourné vers la mer.

    La cathédrale est construite sur les murailles de la vieille ville de Palma de Majorque.
    L’édifice, dont la construction débuta sous le règne de Jacques II, compte trois nefs sur un seul étage. La nef principale abrite la chapelle de la Trinidad, où reposent les dépouilles des rois Jacques II et Jacques III. La façade, la porte principale et la porte Sud ou Mirador, décorées de sculptures de Guillermo Sagrera, sont particulièrement intéressantes. L’ornementation aux motifs géométriques et végétaux de la porte du Mirador est d’une beauté spectaculaire, tandis que la porte principale s’appuie sur quatre colonnes majestueuses.

    Les travaux mis en œuvre par l’architecte Antonio Gaudía au début du XXe siècle sont un attrait supplémentaire de l’édifice. Il en va de même des travaux réalisés par l’artiste Miquel Barceló sur la chapelle du Santísimo : sa grande fresque en céramique, les vitraux et le mobilier. La tour de la cathédrale de Palma de Majorque possède un total de neuf cloches. Parmi celles-ci, « N’Eloi » est notamment célèbre pour ses dimensions : 2 mètres de diamètre pour 4 517 kilos !

       Laissez-moi un petit mot ! … Merci …

  • Zitouni à Moto : Collioure / Menton … 6/6

    LITTORAL MOTO TOUR (Antibes/Menton … 6e étape/6 et fin)   

    L’idée était de participer gratuitement au guidon de sa propre moto à une ou plusieurs étapes d’une journée organisée(s) par GORANDO entre Collioure et Menton.

         1 – Collioure/Narbonne (Lundi 06 mars 2017)
         2 – Narbonne/Stes-Maries-de-la-Mer (Mardi 07 mars 2017)
         3 – Stes-Maries-de-la-Mer/Marseille (Mercredi 08 mars 2017)
         4 – Marseille/St-Tropez (Jeudi 09 mars 2017)
         5 – St-Tropez/Antibes (Vendredi 10 mars 2017)
         6 – Antibes/Menton (Samedi 11 mars 2017)

    Zitouni (Fiston) est l’animateur-photographe (diplômé conduite groupes de motards et formateur certifié BMW) du LITTORAL MOTO TOUR et rédigera un CARNET DE VOYAGE qui sera publié à l’issue de l’événement. (à voir sur  GORANDO )

    Magnifique village perché ! …

    Randonnée 6 :

    D’Antibes à Menton par la côte.

    210 kilomètres de pur bonheur ! J’avais dessiné plusieurs incursions dans les terres pour m’échapper des routes littorales lorsqu’elles traversaient des villes sans charme. C’était une bonne idée. Avec une température agréable, le ciel bleu et des virages à n’en plus finir, je n’ai pas vu passer la journée.

    Une petite route est à ne pas manquer : La D22 qui relie Peille à Sainte-Agnès, sur les hauteurs de Monté-Carlo. Sublime !

    Mon retour à Angers à été moins fun. Pluie en chemin

       Laissez-moi un petit mot ! … Merci …

  • Zitouni à Moto : Collioure / Menton … 5/6

    LITTORAL MOTO TOUR (Saint Tropez / Antibes  … 5e étape/6)  

    L’idée était de participer gratuitement au guidon de sa propre moto à une ou plusieurs étapes d’une journée organisée(s) par GORANDO entre Collioure et Menton.

         1 – Collioure/Narbonne (Lundi 06 mars 2017)
         2 – Narbonne/Stes-Maries-de-la-Mer (Mardi 07 mars 2017)
         3 – Stes-Maries-de-la-Mer/Marseille (Mercredi 08 mars 2017)
         4 – Marseille/St-Tropez (Jeudi 09 mars 2017)
         5 – St-Tropez/Antibes (Vendredi 10 mars 2017)
         6 – Antibes/Menton (Samedi 11 mars 2017)

    Zitouni (Fiston) est l’animateur-photographe (diplômé conduite groupes de motards) du LITTORAL MOTO TOUR et rédigera un CARNET DE VOYAGE qui sera publié à l’issue de l’événement.

    Saint Tropez vue d’en haut …

     

     

    Randonnée 5 : De Saint-Tropez à Antibes par la côte.Ça devient lassant ce soleil, cette chaleur, ces paysages magnifiques…

     

    Et l’absence de touristes, quel bonheur !

     


    Dernière journée de roulage demain, déjà…

       Laissez-moi un petit mot ! … Merci …

  • Tourisme à l Île de Majorque par des amis …1/6

    Des amis à Majorque pendant une semaine 1/6 … 

     Autorisé que je suis, je vous livre leurs photos en 6 épisodes … pour vous donner envie …

    Majorque, qui inspira Chopin et Miró, est une île paradisiaque qui attire chaque année des touristes du monde entier au printemps. Pour les fans de petits trains : ne manquez pas le trajet de Palma à Soller parcouru en vieux train historique !
    La capitale de l’archipel, Palma de Majorque, recèle de bien jolies surprises derrière les murs de sa vieille ville.
    Quant à la virevoltante serra de Tramuntana, classée au Patrimoine mondial de l’Unesco, elle envoûte littéralement. Soulignant toute la côte ouest de l’île, elle s’y déverse à grands coups de falaises et de sommets accidentés, culminant jusqu’à plus de 1 000 m au-dessus des eaux.

    Plein de trucs qui montent ou descendent …

    C’est en 1837 que Frédéric Chopin fit la connaissance de George Sand. Entre ces deux êtres que tout séparait naquit une liaison passionnée qui dura neuf ans.
    En 1838, pour tenter de rétablir la santé défaillante de Chopin et soigner son fils Maurice, issu de son mariage avec Casimir Dudevant, George Sand les emmena tous les deux, ainsi que sa fille Solange, sur l’île de Majorque, au sud de l’Espagne. 
    Ils trouvèrent à se loger dans le cadre pittoresque mais insalubre de la Chartreuse de Valldemosa, un ancien monastère à moitié en ruine. Si ce séjour fut profitable à George Sand et à ses enfants …

    … il se transforma en revanche pour Chopin, dont la santé se dégrada rapidement en raison du climat humide de l’île en hiver, en un véritable calvaire : les pluies torrentielles moisissent les murs et les chambres sont presque impossibles à chauffer. Chopin, atteint d’une maladie que l’on n’appelait pas encore « tuberculose », mais « phtisie », dont il mourra en 1849 et que l’on ne savait pas soigner, tousse et crache le sang ; le cadre étrange de la Chartreuse suscite en lui des impressions pénibles et jusqu’à des hallucinations. « Le cloître était pour lui plein de terreurs et de fantômes, écrit George Sand dans ses Mémoires, même quand il se portait bien. Il ne le disait pas et il fallait le deviner. Au retour de mes explorations nocturnes dans les ruines avec mes enfants, je le trouvais, à dix heures du soir, pâle, devant son piano, les yeux hagards et les cheveux comme dressés sur sa tête. Il lui fallait quelques instants pour nous reconnaître. »
    Les habitants de Majorque, effrayés par la maladie de Chopin et prévenus contre George Sand, les tiennent à l’écart…

       Laissez-moi un petit mot ! … Merci …

  • Zitouni à Moto : Collioure / Menton … 4/6

    LITTORAL MOTO TOUR (Marseille/Saint Tropez … 4e étape/6)  

    L’idée était de participer gratuitement au guidon de sa propre moto à une ou plusieurs étapes d’une journée organisée(s) par GORANDO entre Collioure et Menton.

         1 – Collioure/Narbonne (Lundi 06 mars 2017)
         2 – Narbonne/Stes-Maries-de-la-Mer (Mardi 07 mars 2017)
         3 – Stes-Maries-de-la-Mer/Marseille (Mercredi 08 mars 2017)
         4 – Marseille/St-Tropez (Jeudi 09 mars 2017)
         5 – St-Tropez/Antibes (Vendredi 10 mars 2017)
         6 – Antibes/Menton (Samedi 11 mars 2017)

    Zitouni (Fiston) est l’animateur-photographe (diplômé conduite groupes de motards) du LITTORAL MOTO TOUR et rédigera un CARNET DE VOYAGE qui sera publié à l’issue de l’événement.

    Un p’tit tour en mer ? …

     

     

    Une succession de belles routes de crêtes sinueuses et de traversées de forêts odorantes nous ont fait oublier l’urbanisation galopante de la côte (oui, c’est encore possible !) et la circulation infernale des stations balnéaires.

    Finalement nous avons stoppé notre progression à Ramatuelle, moins élitiste que Saint-Tropez où nous nous rendrons demain matin, tôt.

       Laissez-moi un petit mot ! … Merci …