• Moto : Collioure / Menton … 1/6

    LITTORAL MOTO TOUR (Collioure / Narbonne … 1e étape / 6) 

    L’Idée était de participer gratuitement au guidon de sa propre moto à une ou plusieurs étapes d’une journée organisée(s) par GORANDO entre Collioure et Menton.

         1Collioure/Narbonne (Lundi 06 mars 2017)
         2 – Narbonne/Stes-Maries-de-la-Mer (Mardi 07 mars 2017)
         3 – Stes-Maries-de-la-Mer/Marseille (Mercredi 08 mars 2017)
         4 – Marseille/St-Tropez (Jeudi 09 mars 2017)
         5 – St-Tropez/Antibes (Vendredi 10 mars 2017)
         6 – Antibes/Menton (Samedi 11 mars 2017)

    Zitouni est l’animateur-photographe (diplomé conduite groupes de motards) du LITTORAL MOTO TOUR et rédigera un CARNET DE VOYAGE qui sera publié à l’issue de l’événement.

     

    LITTORAL MOTO TOUR [étape 1]
    Randonnée 1 :
    De la frontière espagnole à Narbonne par la côte.
    Avec 
    GORANDO.COM, même quand c’est annoncé 100% route… en fait il y a un soupçon de Tout-Terrain … et c’est ça qui est bon !
    Un coup de vent était annoncé dans le coin pour aujourd’hui. Je confirme. Du vent, on en a eu plus qu’il n’en fallait. Plus de 100 km/h… et en plein travers. Tellement violent que l’eau des étangs en bordure de mer était projetée sur la route. J’ai vu l’avant de ma moto déraper sur la chaussée rendue humide… en pleine ligne droite ! Ça nous arrachait littéralement la tête.
    Une très belle première randonnée, pleine de découvertes.

      Laissez-moi un commentaire ! … Merci …

  • Aveyron 2016 : Sainte Eulalie d Olt ~ 2/3

    Bienvenue à Sainte Eulalie d’Olt au pays des Encaulats … 
    deuxième partie

    «Nous, habitants de Sainte Eulalie d’Olt, avons le plaisir de vous accueillir dans notre village médiéval classé parmi les  » Plus Beaux Villages de France « , en Aveyron, au nord-est du Rouergue, dans la Haute Vallée du Lot, entre le Causse et l’Aubrac.»

    magnifique angle de rue …


    Cité médiévale fleurie
    Niché dans un écrin de verdure, sur la rive gauche du Lot, en aval de Saint-Geniez-d’Olt, s’étend le bourg médiéval de Sainte-Eulalie-d’Olt. Église du XIe siècle, château du XVe siècle, hôtel renaissance et roue du moulin rythment la vie du village fleuri où il fait bon flâner, à travers les ruelles étroites et tortueuses. Vous serez séduit par le panorama qu’offre ce « plus beau village de France » sur la vallée du Lot.

    Cité des arts
    Depuis de nombreuses années, Sainte-Eulalie-d’Olt s’est tournée vers l’art ; non seulement à travers l’aspect architectural du bourg, mais également grâce à ses habitants …

    L’exemple le plus parlant est celui de Marcel BOUDOU, artiste peintre, à qui un musée est dédié.
    Il porte aujourd’hui son nom : musée-galerie Marcel BOUDOU.
    D’autres artistes, récemment installés, ont été attirés par le projet de la commune 
    « Sainte-Eulalie-d’Olt – Sainte-Eulalie d’Art » visant le développement d’un pôle artistique dynamique.
    Ainsi sont installés la Petite École d’Art en 1998, dans les anciens locaux de l’école communale ainsi que 
    la Grange des Arts.

    Insolite
    La procession de la Sainte-Épine
    L’église possède un reliquaire contenant un fragment de la couronne d’épines du Christ qui donne lieu chaque 2e dimanche de juillet à une 
    procession. Tous les habitants du village, costumés, reconstituent les phases principales de la montée du Christ au Calvaire. Tout le week-end est placé sous le signe de la fête avec bal traditionnel, repas et feu d’artifice.
    La Poule Un
    Chaque année à la 
    Toussaint a lieu une vente aux enchères curieuse : depuis des siècles, l’huissier propose le premier lot, une poule vivante. D’autres lots sont ensuite proposés par les paroissiens : eau-de-vie, œufs, noisettes, tableaux… permettant de récolter de l’argent destiné à la paroisse afin d’offrir des messes pour les défunts.

      Laissez-moi un commentaire ! … Merci …

  • Zitouni en Thaïlande : RAID THAÏ 2017 – jour 5

    Une bonne grosse journée de roulage. 300 km au compteur … 

    Au départ de Mae Sariang ce matin, à 7h45, il fait déjà bon.
    Nous prenons immédiatement la direction du nord. Nous ne la quitterons pas de la journée.
    Tantôt à l’ouest de la Route 108 aux 1864 virages et à l’enrobé parfait, tantôt à l’est, mais jamais très éloignés d’elle.
    Les pistes sont d’une incroyable diversité.
    Les paysages évoluent sans cesse, passant de la plaine cultivée jusqu’au moindre centimètre carré aux piton rocheux totalement inaccessible.

    bétonnage d’une piste …

    Le sol est dur et souvent recouvert d’une fine couche de graviers… la hantise du motard. Avec nos brêlons chargés comme des mulets, la roue avant de la moto est délestée, ce qui la rend très volage dans les virages.
    Je serai le premier à « m’en mettre une bonne ». Bilan : La pédale de frein complètement retournée !
    A l’ombre des bambous gigantesques, je mécanique un peu le bazar et en quelques coups de démonte-pneus bien sentis, la pédale rentre dans le rang.
    Bientôt ce sera au tour de Johan de manger la poussière. Et un guidon tordu, un ! Et c’est sans compter la pédale de frein, également chiffonnée.
    Plus tard, la fixation caoutchouc du clignotant arrière droit de la moto de Luc cède. 

    Le clignotant pendouille alors juste devant la sortie du pot d’échappement. Il n’aura pas fallu bien longtemps pour qu’il fonde complètement. Maintenant, il va marcher moins bien ! 
    Nous allons manquer d’essence, il faut en trouver vite fait !
    A l’entrée d’un hameau perdu dans la montagne, je tente, par des gestes, de demander à un habitant de nous en vendre. Pas facile.
    Un autre habitant arrive alors avec 5 bouteilles plastique remplies chacune d’un seul litre du précieux liquide.
    L’affaire est conclue… au prix fort.
    Pendant que les machines avalent leur breuvage, Johan entreprend de détordre son guidon à l’aide d’une immense barre de fer. Il doit y aller tout doux, car le bras de levier est important.
    Les minutes passent et nous nous rendons compte qu’il ne nous sera pas possible de boucler l’étape sans faire une coupe.
    Nous retrouvons la Route 108 pour gagner un peu de temps.
    Le goudron, nickel, incite à user les crampons de nos pneus. C’est que ça tient bien la route ce machin là !
    Nous effectuons une nouvelle incursion en montagne, par des pistes toujours superbes.
    C’est la fin de journée pour les travailleurs des champs. Les pistes poussièreuses sont encombrées.
    Peu avant Mae Hong Son, nous quittons une dernière fois la Route 108 au profit d’une piste sablonneuse aux innombrables gués. Certains, plus profonds que d’autres méritent toute notre expérience pour ne pas finir au bouillon. De grosses pierres bien moussues s’y trouvent également, totalement invisibles.
    Pas d’autre solution que de montrer à la moto qui est le chef. Ne rien lâcher, tenir le guidon fermement et viser la sortie.
    Notre guesthouse de ce soir se trouve à quelques centaines de mètres du marché nocturne, tout autour du lac.
    Dîner, puis massage pour l’un, crêpe au Nutella pour d’autres (?!), orange toute fraîche cueillie pour les derniers.
    Demain devrait être une journée moins éprouvante, mais sûrement pleine de surprises alors, restez connectés !
    Zitouni et sa bande.

      Laissez-moi un commentaire ! … Merci …

  • Aveyron 2016 : Sainte Eulalie d Olt ~ 1/3

    Bienvenue à Sainte Eulalie d’Olt au pays des Encaulats … 
    (les mangeurs de choux)

    Nous, habitants de Sainte Eulalie d’Olt, avons le plaisir de vous accueillir dans notre village médiéval classé parmi les  » Plus Beaux Villages de France « , en Aveyron, au nord-est du Rouergue, dans la Haute Vallée du Lot, entre le Causse et l’Aubrac …

    Village pittoresque … pour ne pas dire médiéval …

    LA PLACE DE L’HOM
    … ou du poteau.
    C’était, vraisemblablement, sur cette place appelée, au XVIe siècle, la « Place de l’Hom » ou « Place du Poteau » que se rendait la justice sous un orme. L’arbre a disparu au profit d’une fontaine. Les seigneurs de Curières possédaient la basse et la moyenne justice. Par acte daté de 1700, ils acquirent la haute justice :  » l’Évêque Paul Philippe de Lusignan bailla en fief franc, noble et honoré à Jean-François de Curières, seigneur de Lous et co-seigneur de Sainte Eulalie, sous l’albergue annuelle d’une paire de gants de la valeur de 10 sols payable à la Saint Jean-Baptiste et moyennant un droit d’entrée de 5000 livres ».

    Les Curières faisant l’élevage du ver à soie, la façade du château était ornée de mûriers qui furent coupés en 1790. La même année, les titres des familles nobles du village furent brûlés sur cette place. Les armoiries des Curières figurent encore sur le linteau de la porte principale du château actuel.

    LE CHÂTEAU DE CURIÈRES DE CASTELNAU (XVe)
    Au cœur du village, sa haute silhouette attire le regard. La famille de Curières, parmi les plus anciennes du Rouergue, s’établit à Ste Eulalie vers 1205. Elle compte des croisés, des hommes d’armes, des écuyers et des mousquetaires. Le château actuel, au coeur du village, est construit au XVe siècle, à l’emplacement de la « grande écurie » dépendant du château primitif tombé en ruines au XIVe siècle. Les armoiries de la famille de Curières « d’azur au lévrier d’argent colleté d’or » figurent sur le linteau de l’entrée principale à laquelle on accède en passant sous le porche voûté. C’est une propriété privée.

      Laissez-moi un commentaire ! … Merci …

  • Aveyron 2016 : Sauveterre en Rouergue ~ 2/2

    Sauveterre en Rouergue : Histoire … 

    Classée parmi les Plus Beaux Villages de France, la bastide royale de Sauveterre sait conquérir le visiteur en quête de beauté, de sérénité et d’authenticité. Hors des sentiers battus, la cité médiévale fondée en 1281 par Guillaume de Vienne et de Mâcon, représentant de Philippe III le Hardi, recèle mille et un secrets .
    Les 47 arcades de sa place centrale, les ruelles de ses quartiers en damier, ses remparts, ses portes sculptées, ses maisons à pans de bois illustrées de bas-reliefs vous conteront l’histoire de ce site plusieurs fois centenaire et pourtant bien vivant !

    La place des arcades …Espace central de la bastide …

    Tradition :
    Fête de la St Christophe

    Les hommes en chemise de nuit se suivent à la queue leu leu armés d’un soufflet de cheminée, chacun soufflant dans le derrière de son prédécesseur en chantant. Ils forment ainsi une sorte de farandole grotesque. Ce thème du « soufflaculs » appartient au rituel du carnaval à l’envers. En effet, la tradition veut que l’âme, chargée des péchés accumulés tout au long de sa vie, s’échappe au moment du trépas, non par la bouche mais par l’anus. On utilisait donc le soufflet pour aspirer l’âme ainsi souillée. Afin de renforcer l’effet comique de l’inversion de la réalité, le soufflet est ici utilisé à l’inverse de son usage normal : il aspire au lieu de souffler.

    Spécialités : l’Échaudés.
    Sauveterre est connue pour sa spécialité d’échaudés. Il faut remonter à l’invasion arabe pour en retrouver l’origine dans le besoin de préservation de nourriture en temps de razzias. Le nom vient du procédé de fabrication. Il s’agit d’une pâte très dure, malaxée dans un pétrin qui ressemble plutôt à un concasseur. Cette pâte est ensuite pliée en forme de petits nœuds qui sont ébouillantés dans une bassine d’eau. Lorsqu’ils remontent à la surface, c’est-à-dire quand ils sont suffisamment « échaudés », ils sont mis à sécher. Autrefois le séchage se faisait à l’air libre dans la rue, au grand bonheur des enfants qui venaient en chaparder en douce. Une fois secs, ils sont passés au four.

       Laissez-moi un commentaire ! … Merci …

  • Zitouni en Thaïlande : RAID THAÏ 2017 – jour 2

    RAID THAÏ 2017 – jour 2 … Bonjour à toutes et à tous …  

    Je dis bonjour car il est… 4h52 !
    Réveillé à la fois par le chant du coq, la chaleur, le ronronnement du climatiseur de la chambre d’à côté et l’excitation à l’idée de rouler à moto, je décide de me lever pour vous raconter la journée d’hier. Courageux.
    2 histoires de taxi et, entre les deux, un vol Bangkok-Chiang Mai avec du retard.
    Comme dirait Apolline (ma fille), c’est « la fête du slip ! »
    Le taxi que nous avions emprunté à notre arrivée à Bangkok le premier jour avait à nouveau été sollicité pour nous convoyer hier vers l’aéroport domestique pour notre vol vers Chiang Mai.
    Un gars très sympa avec qui, durant l’heure de route, nous avons bien discuté et, surtout, bien négocié ses services pour la journée libre que nous aurons à Bangkok le dernier jour de notre voyage.
    Pour 3800 baths (100 euros), qu’est-ce qu’on a aujourd’hui en Thaïlande ?

    le repos des destriers et des cavaliers …

    Eh bien nous avons :

    – Un transfert aéroport domestique-hôtel (1h de trajet) pour notre retour de Chiang Mai,
    – Une chariote avec chauffeur pour 1 journée complète, afin que nous puissions nous rendre au temple d’Ayutthaya situé à 100kms au nord de la capitale,
    – Un transfert en fin de journée pour l’aéroport international (1h de trajet).
    Tout ça pour 5 gaillards et une montagne de bagages. Pas mal.
    A notre arrivée à Chiang Mai hier après-midi, avec 1/2h de retard, c’est l’anarchie pour trouver un taxi.
    Nous faisons signe à l’un d’eux, qui passe juste devant nous et qui s’arrête à plus de 100 m. Curieux ? !

    Gwendal, avec ses petites jambes toutes musclées court vite négocier le prix de la course avec le chauffeur. L’affaire est dans le sac, pour 100 baths.
    C’est un taxi tout rouillé, où les passagers et les bagages s’entassent dans une caisse métallique ouverte flanquée de 2 banquettes en plastique qui se font front.
    Le chauffeur à côté duquel je prends place (c’est moi le chef !) est tout aussi rouillé. Un petit bonhomme avec un chapeau de paille, tout avachi devant son volant afin de pouvoir atteindre les pédales et, surtout, le klaxon, actionné par un bouton situé sous le vide-poche. Pas pratique du tout.
    Dès les premiers mètres parcourus, il commence à répéter : « hôtel, downtown, hôtel, downtown, hôtel, downtown… ». En fait je m’aperçois qu’il ne connaît aucune adresse et qu’il est seulement capable de mener ses clients dans la vieille ville, cernée heureusement pour lui de remparts qui sont un repère immanquable de l’architecture et de l’organisation de la ville.
    Je prend donc les choses en mains : « tournez à droite, mettez-vous sur la file de gauche, attention au piéton, le feu est vert… stop ! c’est là ».
    Je constate en chemin qu’il gigote sont levier de vitesse en position de point-mort à chaque changement de vitesse ? ! On se traîne, c’est un danger public.Petit moment de doute. L’hôtel que j’ai réservé sur booking.com a changé de nom ? ! C’est bien là.
    Une p’tite douche express pour moi et zou ! Nous partons chercher nos brêlons chez le loueur. Je le connais, il me connaît, nous, nous connaissons.
    Les motos sont bien préparées, qq. pièces de rechange et une brouette de chambres à air, c’est bon, on a tout, on peut y aller.
    Direction la gazoline-station, puis… retour chez le loueur. La batterie de la moto de Bruno est faible, elle est immédiatement remplacée.
    Cette fois c’est bien parti.
    Direction le Rider’s Corner Bar, pour un p’tit coup à boire. Je connais le patron, il me reconnais !!! (je suis passé ici il y a 4 ans)
    Il fait déjà nuit lorsque nous arrivons à l’hôtel.
    Petite séance de mécanique pour brancher à la batterie notre support de GPS.
    Petite douche, à nouveau, puis retour au Rider’s Corner Restaurant pour le dîner.
    Nous revenons à pied à l’hôtel à plus de 22h30, par les petites ruelles du centre historique. Il fait bon, nous sommes bien. Luc a arrêté de causer, il a une oreille bouchée par les vols que nous avons enchaînés, c’est reposant.
    23h30, extinction des feux. La nuit aura été courte, et la journée va être longue…
    Zitouni (mon fils) et sa bande …

      Laissez-moi un commentaire ! … Merci …

  • Souvenirs : revisitons le golfe du Morbihan …

    Temps exécrable ! Sortons les souvenirs : le Golfe du Morbihan … 

    Le tour des îles en bateau …

    Le Golfe du Morbihan est une petite mer intérieure d’environ 12 000 hectares à l’abri de l’océan Atlantique. Une quarantaine d’îles sont aujourd’hui habitées et deux d’entre elles forment une commune : Arz et l’Île aux moines.
    Le Golfe du Morbihan (« petite mer » en breton) qui donna son nom au département, est aujourd’hui la destination de choix, 

    Embarquez … c’est parti ! …

    Le rêve …

    Entre terre et mer, les moyens sont nombreux pour partir à la découverte des innombrables trésors du Golfe du Morbihan :


    Vaste étendue d’eau de mer, le Golfe est un site exceptionnel pour la navigation. Nous avons profité du bateau de communication entre les îles pour faire le tour des deux plus grandes …


    Nous y avons vu un véritable paradis pour les promeneurs, les sentiers côtiers, les sites mégalithiques, parcs, jardins, musées, monuments, sites naturels …

    La splendeur …

    Après une telle balade dans le Golfe du Morbihan, nous avons déjeuné dans l’un des restaurants et bu de délicieux bols de cidre accompagnés bien sûr de non moins délicieuses pâtisseries …
    De Vannes, en passant par Locmariaquer et Port Navalo, nous avons explorez le Golfe durant 5 heures de navigation au plus près des côtes …

       Laissez-moi un commentaire ! … Merci …

  • Zitouni en Thaïlande : RAID THAÏ 2017 – jour 1

    Arrivée à Chang Maï, Thaïlande … Petites chroniques de Zitouni … 

    C’est reparti ! … pour 11 jours de pistes à moto … du Vendredi 13/01 au Mardi 31/01
    Après avoir traversé à l’automne (guidage du GS World Tour) la Turquie, la Grèce, l’Albanie, le Monténégro, Un petit bout de Bosnie Herzégovine, la Croatie, l’Italie, l’Autriche, l’Allemagne…
    Avant de partir découvrir le Chili, l’Argentine, le Pérou au printemps prochain avec Sébastien, juste après avoir fait un court séjour au Maroc avec Claire et peu de temps avant d’aller explorer l’Himalaya indien…
    Me voici en Thaïlande, pour un troisième voyage à moto.
    Nous sommes 5 pour ce raid tout-terrain :
    – Johan, qui roule avec moi depuis 1 an environ (Espagne, Italie, Auvergne),
    – Luc, un « ami » Facebook (Italie),
    – Bruno que je connais depuis 2005 (GS World Tour, Maroc, Portugal, Pyrénées, Bretagne, Anjou)
    – Gwendal (le nouveau, mari de la copine de la cousine de Claire)
    – … et moi … Zitouni.

    Surprenant … de nuit …

    Tous ne se connaissent pas et pourtant, tous semblent déjà s’apprécier. Je suis donc confiant.
    Au départ de Paris samedi matin le sol du parking de notre hôtel de Roissy était verglacé. Une vraie patinoire.

    A l’arrivée à Bangkok ce matin, il faisait plus de 30°C.
    Fort contraste.
    Il est environ 9h30 lorsque nous nous présentons à la réception de notre hôtel. Nos chambres ne sont pas encore disponibles et nous sommes contraints d’aller siffler un premier verre pour nous rafraîchir.
    Vers 11h30 il nous est enfin possible de prendre possession de nos chambres. Que la douche est agréable par cette température.

    Petite lessive et zou ! Nous partons découvrir les temples de Bangkok en empruntant les bateaux-bus, très pratiques, qui sillonnent le fleuve Chao Phraya.
    Sur le chemin, nous croisons un « fat pig » qui ronfle à l’ombre, juste devant le guichet où nous allons acheter nos tickets de traversée.
    Nous déjeunons sur le pier, avec vue imprenable sur le fleuve et les bruyantes embarcations. Quelle ambiance, quelles odeurs, quelle chaleur, et quel dépaysement, déjà !
    Le Roi de Thaïlande étant mort le 13 octobre dernier et un deuil national d’un an ayant été décrété, en ce dimanche des dizaines de milliers de thaïlandais et de thaïlandaises tout de noir vêtus se pressent dans le Palais Royal pour venir se recueillir et prier le défunt. L’endroit est devenu inaccessible pour les touristes.
    Le jeu de mots est facile : « c’est noir de monde » !
    Nous nous rabattons sur le superbe monument voisin, Wat Pho, une enceinte bourrée de pagodes, de statues… et renfermant un bouddha couché géant recouvert de feuilles d’or.
    Des fidèles viennent eux-mêmes poser sur de plus petites représentations divines de fines feuilles d’or achetées sur place. Le sol en est jonché. Le business des offrandes est florissant.
    Nous prenons 2 tuk-tuks pour nous rendre ensuite sur le sommet d’un temple-belvédère, le Golden Mount Wat Saket.
    Course-poursuite dans les rues encombrées, l’avant du tuk-tuk de Bruno et de Johan se lève même après un départ canon à un feu rouge, virages à la limite de la culbute… grosse rigolade.
    Rebelote après l’ascension du monument pour aller rejoindre les rives du fleuve afin de pouvoir revenir à l’hôtel. La circulation est infernale. Nous respirons à pleins poumons le gaz d’échappement des bus. Une horreur.
    Le soleil se couche. Il est 17h45. Chacun retourne dans sa chambre.
    Petite séance de piscine, petite bière ou soda, petit dîner sympa sur la terrasse et bonne nuit tout le monde. Déjà 24h que nous sommes debout.
    Bonne nuit et à demain sans doute. Nous serons alors à Chiang Mai, ville de départ de notre raid à moto.
    Zitouni (mon fils) et sa bande …

      Laissez-moi un commentaire ! … Merci …

  • Souvenirs ! … Pornic, le port, la côte, la faïencerie …

    Pornic, un bijou sur la Côte de Jade … 

    Pornic, le plus méridional des ports de Bretagne~Pays de la Loire en Atlantique, fait face à l’île de Noirmoutier. Véritable bijou de la Côte de Jade, il fait honneur au Pays de Retz.

    le château devant le port …

     Au rythme de la mer

    L’un des coins les plus charmants de Pornic est incontestablement son vieux port. Dominé par la cité médiévale et par le château de Gilles de Rais, il est particulièrement animé par la vingtaine de chalutiers qui viennent s’y abriter.
    Fréquenté dès l’Antiquité, il vit le départ de nombreux Terre-Neuvas, avant de devenir un repaire de corsaires puis d’accueillir de nombreux navires marchands en provenance des ports britanniques, hollandais et scandinaves.
    Pornic, qui s’ouvre sur la vaste et sécurisante baie de Bourgneuf, est un site idéal pour la plaisance et la régate. Le port à échouage de Gourmalon peut accueillir de nombreux bateaux …

    … et le port en eau profonde de La Noëveillard peut recevoir encore plus de bateaux sur anneaux.
    Les animateurs du dynamique club nautique se feront une joie de vous initier à la pratique de la voile, du catamaran, de la planche à voile, du kayak de mer ou de l’aviron.
    Pour découvrir la baie de Bourgneuf, et la Côte de Jade, il faut faire confiance aux patrons des bateaux promenade « Corsaires de Retz » ou le « Brigantin ».
    Le sentier des douaniers permet de découvrir les 15 kilomètres du littoral pornicais et sa quinzaine de plages et criques au sable orangé. Les belles villas balnéaires du XIXe siècle le dominent et rivalisent de pittoresque. On pratique à Pornic les bains de mer chauds depuis 1830. La thalassothérapie est une véritable institution. En 1990, l’ancien casino de La Source s’est reconverti et est devenu un superbe centre de thalassothérapie fréquenté toute l’année.

    Invitation à la découverte …
    Au sommet de la falaise, il faut parcourir la vieille ville au charme médiéval et découvrir, surtout les jours de marché, les halles datant de 1609. La vue se porte sur les toits rouges et bleus, mariage de la tuile et de l’ardoise, et les escaliers qui relient la ville haute au port de pêche constituent un labyrinthe particulièrement pittoresque. A la périphérie, sur la route des bourgs de Sainte-Marie et du Clion, c’est un plaisir de découvrir les mégalithes qui attestent d’une présence humaine fort ancienne à Pornic. Le tumulus des Mousseaux et le dolmen de la Joselière sont remarquables.
    L’artisanat local correspond particulièrement à l’image de la station : authentique. Le fromage du Curé, la Fraiseraie, la Faïencerie et la Brasserie de la Côte de Jade sont des lieux de dégustation ou de visites très appréciées.

      Laissez-moi un commentaire ! … Merci …

  • Aveyron 2016 : Najac ~ beau village de France 1/2

    Aveyron, Najac ~ un des plus beaux villages de France 1/2 

    Najac, un château haut perché dans un écrin de verdure …

    Un premier château avait été édifié vers l’an 1100, sur l’ordre de Bertrand de Saint-Gilles, comte de Toulouse et du Rouergue. Alphonse de Poitiers, frère de Saint Louis, et héritier du comté de Toulouse en 1249, renforça considérablement le château existant pour en faire  un complexe de fortifications parfaitement adapté aux accidents naturels du terrain, en vue de créer une place forte imprenable.

     

    Les travaux commencés en 1253 furent réalisés en moins de dix ans. Une tour carrée et cinq tours rondes dont une principale haute de plus de trente mètres ferment ce quadrilatère.
    Pour avoir manifesté quelque sympathie envers le catharisme, la population de Najac avait été collectivement excommuniée. Uc Paraire, le consul de la ville fut condamné à mort et exécuté sur le bûcher. Toutefois, admettant le repentir sincère de ces égarés qui retrouvaient le droit chemin, les grands Inquisiteurs jugèrent qu’ils pouvaient remettre cette peine, moyennant diverses pénitences, consistant en amendes ou pèlerinages plus ou moins lointains selon la gravité des faits reprochés.

    En outre, ils imposèrent à la communauté qu’elle fasse bâtir à ses frais, et dans un délai de sept ans, une nouvelle église paroissiale destinée à remplacer le sanctuaire primitif devenu trop exigu. Cette pénitence fut exécutée, mais son observation devait demander beaucoup plus de temps que n’en avaient accordé les inquisiteurs. En effet, la consécration du nouvel édifice, célébrée en 1363, montra que les travaux durèrent presque un siècle, plusieurs maîtres maçons s’étant succédés dans cette entreprise. Il s’agit du premier édifice de style gothique élevé en Rouergue, jusqu’alors terre exclusivement romane. Présentant une nef unique sans déambulatoire, elle est d’une extrême simplicité intérieure, éclairée par une très belle rosace à dix rayons, dont les vitraux furent sauvés de la destruction grâce à la vigilance des premiers responsables de la Société des lettres de l’Aveyron (non photographiée pour cause d’obsèques). Elle abrite en outre de très belles pièces anciennes, un christ de l’école espagnole exécuté au XVe siècle, trois statues de bois polychromes qui représentent respectivement la Vierge Marie, saint Jean et saint Pierre, et remontant approximativement à la même époque, une croix de procession en argent niellé. Un curieux chandelier, enfermé dans une sorte de cage grillée fut confectionné vraisemblablement au XIVe siècle.

      Laissez-moi un commentaire ! … Merci …