• Le monde tragi-comique de Joël Baudouin … 1/2

    Joël Baudouin ne se définissait pas comme un être objectif … 

    Joël Baudouin (1930-2013), Peintures, céramiques
    Joël Baudouin, né en 1930, est le fils d’Henri Baudouin (1900-1993), éleveur angevin de purs-sangs. Il fréquente quelques temps les Beaux-arts d’Angers et suit un apprentissage avec le céramiste et peintre angevin Paul Maudonnet.

    carnaval surgis des enfers de l’inconscient … ou
    Arcimboldo moderne …

    Il monte ensuite à Paris où il devient l’élève du peintre André Lhote et de Fernand Léger dans les années cinquante; il suivra également les cours du sculpteur Zadkine à l’Académie de la Grande Chaumière, célèbre foyer historique de la vie artistique et intellectuelle de la capitale.
    En 1952, il passe un an en Haute-Égypte à Garagos (non loin de Louxor) où il dirige un atelier de poterie avec Robert de Montgolfier.
    Il s’installe en 1957 comme céramiste à Vallauris où il produit notamment plusieurs sculptures monumentales. II y fréquente Roger Capron qui participa dès 1948 à la renaissance de la céramique à Vallauris …

    … mettant en oeuvre la devise de son maître René Gabriel : “Faire du beau à la portée de tous”.
    II y rencontrera également Pablo Picasso qui s’était installé à Vallauris y demeurant jusqu’en 1955, mais revenant régulièrement les années suivantes. Durant cette période, Picasso a réalisé de nombreuses sculptures et peintures dont Guerre et Paix, une des œuvres majeures de cette période.
    Il se lancera également dans une intense production céramique, renouvelant et bouleversant profondément le langage créatif dans ce domaine.
    En 1960, il quitte Vallauris et va s’installer à Durtal dans le Maine et Loire. Il mène alors de front le métier de céramiste et de peintre. Il crée à la fin des années soixante la marque Les Grès du Maine et les ateliers de Durtal emploient dans les années soixante dix une cinquantaine de personnes et exportent dans le monde entier une gamme de carrelages en grès émaillé. En 1982 il revend la marque Les Grès du Maine au breton Raymond Josse qui démonte les ateliers pour les installer à Plancoët.
    Il poursuit sa carrière de céramiste dans les années quatre vingt et devient pendant quelques années le designer des Terres cuites des Rairies. À partir de 1995, il se consacre exclusivement à la peinture et continue de produire des sculptures en céramique émaillées. Cheminant toute sa vie en dehors des écoles et des courants il laisse une œuvre picturale inclassable aux forts accents surréalistes. Il se reconnaîtra par ailleurs dans le qualificatif de baroque que certains lui attribuent. Autour de thématiques souvent teintées d’humour, il mène une recherche de coloriste et s’exprime le plus souvent dans des grands formats … Je vous laisse juge …

       Laissez-moi un petit mot ! … Merci …

  • Petite marche dans la campagne d Anjou …

     Une balade sympathique dans le bocage angevin … 

    La Mission Bocage :
    Mission Bocage est née en décembre 1991 à l’initiative du Comité Régional de Développement Agricole rattaché à la Chambre d’Agriculture de Maine et Loire. L’objectif initial était de faire un état des lieux quantitatif, qualitatif et géographique du bocage .
    Depuis 1991, Mission Bocage a planté plus d’ 1 000 000 d’arbres, et contribue activement à la valorisation de l’arbre champêtre sur le territoire.

     

    Les missions, les activités :
    Mission Bocage concentre son activité sur la participation des arbres champêtres et des haies au développement durable du territoire. Parce que l’arbre n’est plus considéré comme un objet d’agrément, mais comme un formidable outil dont les bénéfices qu’ils apportent à l’homme et à son environnement ont été oublié par notre société contemporaine. La fin de la société d’abondance qui l’avait déconsidéré est aujourd’hui en phase de déclin et laisse place à une société de raison dans laquelle les hommes cherchent à exploiter au mieux les avantages de ces éléments autrefois négligés tels que les arbres champêtres. La multifonctionnalité des arbres champêtres permettent de répondre aux différents enjeux actuels, efficacement et sans surcoûts.

     Les préoccupations contemporaines de préserver les ressources et d’assurer une qualité satisfaisante de l’environnement font de l’arbre un allié de choix. Souvent déconsidéré et mais toujours indispensable à la survie de l’homme, il est en voie de retrouver la reconnaissance qu’il mérite. Ses contributions à l’environnement et aux activités humaines sont tout à fait incontournables : épuration de l’eau, atténuation de l’érosion des sols, production d’énergie renouvelable,  réduction de la pollution atmosphérique par fixation de carbone, amélioration de la qualité des sols agricoles, régulation des excès climatiques …

    L’arbre champêtre est un outil pour les agriculteurs parce qu’il leur permet de protéger les sols agricoles, de contrôler de meilleure façon leur production, de la valoriser d’une meilleure qualité nutritionnelle et de faire des économies sur les intrants chimiques, de plus en plus dénigrés et de moins en moins efficaces. La réintroduction des auxiliaires de culture rentrent dans la logique de l’optimisation des ressources naturelles à disposition, plus tenables économiquement et plus efficace sur le long terme.

       Laissez-moi un petit mot ! … Merci …

  • Zitouni et Seb … Amérique du Sud … 1/27 étapes

     6700 km en Amérique du Sud … Zitouni nous raconte … 

    Seb et moi sommes à nouveau sur les routes et les pistes. (27/04/ au 26/05/2017)
    Cette fois, à nous l’Amérique du Sud ! Nous allons visiter (durant 1 mois au total) 3 pays : Le Chili, l’Argentine et le Pérou.
    Si la connexion Internet le permet, chaque jour, je rédigerai une chronique anecdotique de notre voyage.
    Ne paniquez pas si, un jour, vous n’avez pas de nouvelles !
    Pub ! Pour ceux qui n’ont pas eu l’info, sachez qu’au retour de mon raid moto en Thaïlande de fin janvier 2017 j’ai rédigé un carnet de voyage qui peut être lu ici : 
    https://goo.gl/NY7drt

    Zitouni et Seb … Seb sur un lac salé … Jeune péruvienne “amoureuse” de Seb … la Mano del Desierto en fond d’image

    27/04/17_ JOUR 1 – Paris/Santiago du Chili
    Nous avons décollé de Paris mercredi à 23h40.
    14h35 de vol direct étaient au menu !
    Nous appréhendions un peu la durée de ce voyage mais finalement, ça aura été, pour Seb et moi, le vol à la fois le plus long et le plus reposant que nous ayons eu à faire jusqu’à présent. L’avion était à moitié vide !
    Nous avons pu ainsi nous étaler sur les rangées de sièges libres, tels les Lions de Mer sur les plages de la Pacific Highway au sud de Monterey (Californie), l’odeur et le gras en moins.
    Il est 9h15 lorsque nous posons les pieds sur le sol chilien, à Santiago. L’avion vient de faire une descente vertigineuse de près de 10.000m en une vingtaine de minutes, après avoir léché les sommets de la chaîne montagneuse.

    Nous avions interdiction de bouger de notre siège et à plusieurs reprises, nous avons été invités par le commandant de bord à serrer notre ceinture de sécurité. Glurps !
    Le thermomètre affiche 19°C au sortir de l’aéroport.
    La prise en compte de notre Hyundai Sedan se fait rapidement. Après un comptage en règle des trous, des bosses et des rayures, après la vérification des 4 pneus, de la roue de secours et des outils qui vont avec… zou !, direction le centre-ville pollué !
    Arrivés à l’hôtel Panamericano, la chambre que nous avions eu tant de mal à réserver parce que, soit-disant elle était adaptée au handicap… ne l’était finalement pas.
    On fera avec… et que l’aventure commence !
    Ce soir, nous n’allons pas bouger, pour être en forme demain.
    Au menu : une première traversée de la Cordillère des Andes avant de plonger vers Mendoza, en Argentine. Goooood !
    La suite dès que … Seb et Zitouni

       Laissez-moi un petit mot ! … Merci …

  • La Pointe de l Art revient 2/2 …

    À la Pointe (de l’Art) / Bouchemaine 49 … en bord de Loire … 

    Mis en mode pause l’an dernier, le parcours artistique a La Pointe de l’art  » a de nouveau eu lieu le dimanche 25 juin, pour la 7e édition, à La Pointe.

    UN VILLAGE D’ARTISTES/ARTISANS D’ART
    la Pointe retrouve aujourd’hui ses charmes d’antan : du travail artisanal au plaisir d’une place des rencontres. 

    L’installation d’artistes et artisans d’art a abouti à la création d’une association « Confluence des Arts. »
    Cette association regroupe des artisans d’art de la commune de genre et style varié : ferronnier-fondeur, sculpteur, céramiste, créateur d’art floral, calligraphe, osiériculteur-vannier, verrier, bijoutier, peintre sur porcelaine, illustrateur, peintre, graphiste, couturier…
    La galerie de la Confluence située sur la place Ruzebouc à la Pointe a ainsi ouvert ses portes depuis septembre 2015.
    Cette galerie gérée directement par l’association Confluence des Arts permet d’offrir aux visiteurs un lieu de rencontres ouvert de façon régulière, des œuvres de plusieurs artistes/artisans d’art et la présence d’ateliers de certains artistes. Pour découvrir, par curiosité ou pour acheter, il y en a pour tous les goûts et toutes les bourses. 

    un des nombreux ateliers d’artiste … à la “Pointe de l’Art”

    Confluence des Arts
    L’association a pour objectifs :
    – de valoriser le village de La Pointe pour en faire un village « métiers d’art ». Pour cela, créer une signalétique commune aux ateliers du village, créer un parcours permettant d’accéder aux différents ateliers et le diffuser sur différents supports (cartes, sets de table des restaurants, affiches…)
    – Gérer la Galerie Confluence situé Place Ruzebouc à la Pointe, dans laquelle en sus des exposants permanents, des expositions temporaires seront organisées.
    – regrouper les métiers d’arts pour d’autres manifestations :
    – participer aux Journées Européennes des Métiers d’Arts en mars,

     – participer aux Journées du Patrimoine en septembre avec organisation d’un marché des métiers d’arts,
    – mettre en lumière le travail des métiers d’art en organisant des expositions (abbaye de Bouchemaine (2012/2015) , Journées des Métiers d’Art…) ou en participant de façon collective à des salons (Nantes salon des métiers d’art, le bastringue , le grenier Saint Jean…), avec une scénographie mettant en valeur les pièces exposées.
    – et, soutenir et parrainer les projets de jeunes créateurs
     

       Laissez-moi un petit mot ! … Merci …

  • Tourisme à l Île de Majorque par des amis …2/6

    Autorisé que je suis, je vous livre leurs photos en 6 épisodes …
    pour vous donner envie …
     

    La résidence royale de Jacques II.
    Le château, de style gothique, se dresse au somment d’une colline.
    Le château de Bellver a multiplié les usages au cours de l’histoire. Le roi Jacques II le fit construire en tant que résidence royale. Au XIXe siècle il fut converti en fabrique de monnaie. Sa structure circulaire est caractéristique. Elle possède trois grandes tours et un donjon divisé en quatre étages. L’intérieur du château renferme une cour d’armes sur deux étages et une cour intérieure construite autour d’un puits. Le deuxième étage abrite une chapelle.

     Le château de Bellver …

    Un joyau de l’art gothique tourné vers la mer.

    La cathédrale est construite sur les murailles de la vieille ville de Palma de Majorque.
    L’édifice, dont la construction débuta sous le règne de Jacques II, compte trois nefs sur un seul étage. La nef principale abrite la chapelle de la Trinidad, où reposent les dépouilles des rois Jacques II et Jacques III. La façade, la porte principale et la porte Sud ou Mirador, décorées de sculptures de Guillermo Sagrera, sont particulièrement intéressantes. L’ornementation aux motifs géométriques et végétaux de la porte du Mirador est d’une beauté spectaculaire, tandis que la porte principale s’appuie sur quatre colonnes majestueuses.

    Les travaux mis en œuvre par l’architecte Antonio Gaudía au début du XXe siècle sont un attrait supplémentaire de l’édifice. Il en va de même des travaux réalisés par l’artiste Miquel Barceló sur la chapelle du Santísimo : sa grande fresque en céramique, les vitraux et le mobilier. La tour de la cathédrale de Palma de Majorque possède un total de neuf cloches. Parmi celles-ci, « N’Eloi » est notamment célèbre pour ses dimensions : 2 mètres de diamètre pour 4 517 kilos !

       Laissez-moi un petit mot ! … Merci …

  • Petite marche dans le Parc de Pignerolle …

    Le Parc de Pignerolle … 

    Très bel exemple de l’art de vivre à la française, le domaine de Pignerolle à Saint-Barthélemy-d’Anjou s’étend sur près de 80 hectares.
    Les promeneurs y apprécient l’ambiance paysagère du parc réalisé dans le respect de l’élégance et de l’équilibre architectural du château, construit en 1776 à la demande de la famille Avril de Pignerolle.
    Son jardin à la française fait l’objet d’une véritable mise en scène où jeux de perspectives et précision d’ordonnancement affirment une conjugaison de l’art et de la nature propre à réjouir l’esprit autant que les sens.
    Aire de jeux pour les enfants, parcours d’orientation, tables de pique-nique et pistes de course à pied font de ce domaine un lieu incontournable, tant pour les familles que pour les joggers. Ouvert hiver comme été ! …

    La meilleure façon de marcher c’est …

     Le château de Pignerolle
    Au cœur d’un domaine de 80ha, le château de Pignerolle a été construit en 1776, à la veille de la Révolution, pour le cinquième et dernier directeur de l’Académie d’équitation d’Angers, Marcel Avril de Pignerolles, écuyer du roi et seigneur de Pignerolle. « Petit Trianon angevin a t-on souvent écrit : Pignerolle présente certe la même image de la perfection hénéllistique ». Effectivement, ce château est une réplique du Petit Trianon de Versailles. Il a été conçu par l’architecte, Bernard Bourdoul de la Bigottière. Il est de style néo-classique faisant suite au style Rococo et Baroque. 

    La façade antérieure comporte 7 baies surmontées de frontons et de quatre colonnes.
    Apposé au dessus des colonnes, des hauts reliefs représentant Appolon et les Muses. La façade postérieure, plus classique où les colonnes sont remplacées par des pilastres.
    En 1943, la marine de guerre allemande réquisitionne le château de Pignerolle pour y installer le centre de communication.

    La région fut retenue pour son calme, ses communications faciles avec la base sous-marine de Lorient. Pignerolle, avec son parc et son château isolé, convenait parfaitement pour telle réalisation.

       Laissez-moi un petit mot ! … Merci …

  • La Pointe de l Art revient 1/2 …

    À la Pointe (de l’Art) / Bouchemaine 49 … en bord de Loire … 

    Mis en mode pause l’an dernier, le parcours artistique a La Pointe de l’art  » a de nouveau eu lieu le dimanche 25 juin, pour la 7e édition, à La Pointe.

    « La Pointe de l’art » permet de découvrir artistes et artisans d’art dans des ateliers et jardins privés de La Pointe. Il est proposé par l’association Confluence des arts, comme l’explique sa permanente Maud Lardeux …

    Maud Lardeux, artiste et permanente de l’association Confluence des arts, donne quelques explications.
    Il n’y a pas eu de Pointe de l’art l’an dernier. C’est donc le retour ?
    Maud Lardeux : « Oui, nous ne l’avons pas fait en 2016 car nous avions décidé de nous concentrer sur la galerie ouverte quelques mois plus tôt. On y a fait un petit événement et on a ouvert nos ateliers, mais ce n’était pas le parcours habituel. Donc cette année, c’est le grand retour du parcours, et c’est la 7e édition. »

     Une œuvre d’art ! …

    Pouvez-vous en rappeler le principe ?

    « Il s’agit d’un parcours artistique entre des jardins privés et les ateliers d’artisans d’art du village, avec les artisans installés, et des exposants invités.»

    Combien y aura-t-il d’artistes, d’ateliers… ?

    « II y aura en tout 35 artistes, dans 14 lieux d’exposition, dont 7 ateliers et 9 jardins, puisque certains ateliers ont aussi un jardin. Il y a un peu moins de jardins cette année mais des nouveaux. La galerie, place Ruzebouc, sera aussi ouverte. Elle expose, comme d’habitude, les créateurs du village, ainsi que deux invités en ce moment. »

    Quels sont les domaines artistiques qui s’exposeront dimanche ?

    « Outre ceux du village, nous aurons de la vannerie, du collage, du dessin, de la céramique, du textile, de la sculpture, du verre filé, de la calligraphie, des bijoux, de la broderie, de la décoration en upcycling, de la sculpture de courges, de la ferronnerie, des meubles en bois… »

    Et côté animations ?

    « Le duo Tchorba se promènera dans les jardins. Il propose avec violoncelle et accordéon de la musique orientale, des pays baltes… un petit voyage musical. Il y aura aussi une troupe de théâtre de rue sur la place et dans les jardins… La boule de fort et la brocante seront ouvertes. Et le coutelier fera un spectacle autour de la forge et de la coutellerie, dans son jardin.
    Disons que l’on propose aux gens d’oublier tout ce qui se passe et de rêver un peu … »
    CO 23/06/2017

       Laissez-moi un petit mot ! … Merci …

  • Zitouni à Moto : Collioure / Menton … 6/6

    LITTORAL MOTO TOUR (Antibes/Menton … 6e étape/6 et fin)   

    L’idée était de participer gratuitement au guidon de sa propre moto à une ou plusieurs étapes d’une journée organisée(s) par GORANDO entre Collioure et Menton.

         1 – Collioure/Narbonne (Lundi 06 mars 2017)
         2 – Narbonne/Stes-Maries-de-la-Mer (Mardi 07 mars 2017)
         3 – Stes-Maries-de-la-Mer/Marseille (Mercredi 08 mars 2017)
         4 – Marseille/St-Tropez (Jeudi 09 mars 2017)
         5 – St-Tropez/Antibes (Vendredi 10 mars 2017)
         6 – Antibes/Menton (Samedi 11 mars 2017)

    Zitouni (Fiston) est l’animateur-photographe (diplômé conduite groupes de motards et formateur certifié BMW) du LITTORAL MOTO TOUR et rédigera un CARNET DE VOYAGE qui sera publié à l’issue de l’événement. (à voir sur  GORANDO )

    Magnifique village perché ! …

    Randonnée 6 :

    D’Antibes à Menton par la côte.

    210 kilomètres de pur bonheur ! J’avais dessiné plusieurs incursions dans les terres pour m’échapper des routes littorales lorsqu’elles traversaient des villes sans charme. C’était une bonne idée. Avec une température agréable, le ciel bleu et des virages à n’en plus finir, je n’ai pas vu passer la journée.

    Une petite route est à ne pas manquer : La D22 qui relie Peille à Sainte-Agnès, sur les hauteurs de Monté-Carlo. Sublime !

    Mon retour à Angers à été moins fun. Pluie en chemin

       Laissez-moi un petit mot ! … Merci …

  • Marche hebdo : Dans la campagne environnante …

    Marche dans la campagne de VILLEVÊQUE/SOUCELLES  

    VILLEVÊQUE/SOUCELLES : Témoin de la « douceur Angevine »
    A seize kilomètres au nord d’Angers Villevêque/Soucelles est très agréablement situé.
    Sa campagne est l’une des plus typique de la région. Le Loir, au sud, forme sa limite naturelle. Les bois, les prairies par leurs reliefs, leurs couleurs lui donnent un attrait supplémentaire.
    Très tôt l’homme a été attiré par ce doux paysage puisque l’histoire ancienne de Soucelles se confond avec la présence d’une tribu gauloise « les Andigaves » qui vivait dans la région un siècle avant Jésus Christ.
    Trois monuments classés : le clocher de l’église XIe, le dolmen de la « pierre Césée » et le menhir dit « le doigt de César » sont des témoins remarquables de ce passé. Plus tard , après 1200, « Subcidillia » puis « Soccella », « Succella » l’un des deux villages devint « Soucelles ».

     clocher du XIe siècle …

    En direction de Briollay l’on traverse un petit village pittoresque « La Roche Foulques » où se trouve une superbe chapelle surplombant le Loir : « la chapelle Sainte Croix » du XIIe siècle.
    Un autre ouvrage plus récent (1871) mais non moins pittoresque mérite le détour : le lavoir. Il est situé à l’entrée du bourg, sur le parcours des chemins de randonnée, en direction du site naturel dit « l’espace du loir » qui borde le Loir et où les promeneurs côtoient en bonne intelligence les pêcheurs venus taquiner le gardon et l’ablette mais aussi les sandres et brochets prolifiques dans les méandres du Loir.
    Le dolmen de la pierre Césée et le menhir dit le doigt de César confirment d’une présence humaine sur les bords du Loir à l’époque du néolithique.

        Laissez-moi un petit mot ! … Merci …

  • Les Rencontres de Loire …2/2

    La Possonnière 49 « Les Rencontres de Loire » ! (seconde partie) 

    Le festival : «Les Rencontres de Loire» est un rendez-vous incontournable des amateurs de bateaux traditionnels, de navigation et de pêche, mais aussi d’un public avide d’ouverture sur le monde.
    Il rassemble de nombreuses associations de batellerie ligérienne ou maritime et se déroule au port de La Possonnière (49).
    Depuis 18 ans maintenant, l’association Gens “d’Louère” organise des événements festifs et culturels sur la Loire. «Les Rencontres de Loire» sont un savant mélange de bénévoles et professionnels. 

    Voguer sur la Loire ! le bonheur à l’état pur ! …

    Coques de noix chargées d’histoire …

    Durant 3 jours se déroulent à La Possonnière les « Rencontres de Loire ». Musiques, animation et belles histoires de mariniers au programme. Sans oublier la flottille de notre patrimoine.
    Témoignages :

    1 la toue cabannée
    J’habite ici, à la Possonnière, et cette toue est assez récente, même si elle affiche une allure d’époque. La toue cabanée a toujours été le bateau de pêche en Loire par excellence, on en rencontrait tout le long du fleuve aux siècles derniers, d’ailleurs on pêche toujours avec.
    La majorité du pont est occupée, comme son nom l’indique, par une grande cabane où l’on habitait et où on entreposait le produit de la pêche.

    Toutes celles qu’on rencontre aujourd’hui ne sont pas d’époque, ce sont des reconstructions, plus ou moins à l’identique. La cabane est souvent modernisée en bateau d’agrément, parfois jusque dans l’esprit camping-car, avec tout le confort permettant un véritable tourisme fluvial ! Autrefois bateau de travail rudimentaire, la toue cabanée est aujourd’hui un bateau de balade idéal, mais qui reste dans l’esprit de la marine de Loire ».

    2 la toue sablière
    Sur cette toue, la partie abritée, située tout à l’arrière, n’est pas bien grande, contrairement à la toue cabanée où la partie habitable occupe la majeure partie du pont. Car la place était comptée : cette toue sablière, comme son nom l’indique, servait à transporter le sable de Loire. A son bord, on prélevait le sable dans les petits bras de Loire, qu’on ramenait et qu’on chargeait sur les gros gabarots demeurant sur le bras principal du fleuve, et qui à leur tour acheminaient le sable dans les villes. Cette toue sablière, baptisée Coureur de grèves, a été transformée en bateau de promenade par l’association du secteur. On emmène jusqu’à dix personnes sur le fleuve. C’est l’embarcation idéale pour découvrir cet environnement avec sa faune et sa flore. On hisse la voile à la remonte, alors qu’à la descente on peut tirer sur les avirons ».

    3 la barque de Loire
    C’est le plus petit des bateaux de Loire, principalement destiné à la pêche, notamment à l’anguille, qu’ils mettaient dans des seaux, au milieu de l’embarcation. Celle-ci a vingt ans, mais pour tout vous avouer, nous somme un peu amateurs, on vient de l’acheter ! Nous sommes de Tours, nous faisons partie d’une association et nous sommes arrivés hier à cinq ou six bateaux. Après une barque en métal, nous avons voulu un authentique bateau de Loire, plus grand, qui va nous permettre de pêcher à l’épervier. C’est aussi l’idéal pour flâner dans l’esprit de la Loire, balader les copains, aller sur les îles, apprendre peu à peu le fleuve. On va mettre un petit mât, avec une voile, mais c’est sympa aussi de pratiquer la bourde, cette grande perche qu’on plante sur le sable. On propulse le bateau en poussant dessus et en courant d’un bout à l’autre .
    A La Possonnière, qu’on se le dise, le temps s’est arrêté, juste pour le plaisir des yeux et d’embarquer pour quelques balades entre les grèves Une parenthèse dans la vie qui va trop vite. Alain SAUNIER   CO : 07/05/2017

       Laissez-moi un petit mot ! … Merci …